Skip to content
« Dysfonctionnement mondial colossal »: les remarques d’ouverture du chef de l’ONU lors de la réunion des dirigeants mondiaux ont donné un ton sombre

[ad_1]

Sous l’ombre de la guerre en Ukraine et d’une crise énergétique et alimentaire mondiale, les dirigeants mondiaux sont réunis à New York pour l’Assemblée générale des Nations Unies ce mardi.

Au cours des six prochains jours, les discussions porteront sur des sujets tels que le changement climatique et les principales divisions géopolitiques depuis l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

La tâche est difficile et les remarques liminaires du secrétaire général de l’ONU ont donné un ton particulièrement sombre.

« Ne nous faisons pas d’illusions. Nous sommes dans une mer agitée. Un hiver de mécontentement mondial se profile à l’horizon. Une crise du coût de la vie fait rage, la confiance s’effondre, les inégalités explosent et notre planète brûle », a déclaré Antonio Guterres.

« Les gens souffrent, les plus vulnérables souffrant le plus. La Charte des Nations Unies et les idéaux qu’elle représente sont en danger. Nous avons le devoir d’agir, et pourtant nous sommes bloqués dans un dysfonctionnement mondial colossal. »

Près de 150 chefs d’Etat sont attendus à l’événement. Malgré les divisions politiques, l’ONU reste un rassemblement clé pour les dirigeants mondiaux, non seulement pour exprimer leurs points de vue, mais aussi pour se rencontrer en privé et discuter des défis.

En marge de la rencontre, le président français Emmanuel Macron a rencontré son homologue iranien Ebrahim Raisi.

Les pourparlers interviennent alors que l’Europe tente de diriger les efforts diplomatiques pour relancer l’accord sur le nucléaire iranien. Téhéran a été averti qu’il n’y aurait pas de meilleure occasion de trouver un accord sur le traité contesté.

[ad_2]

euronews en2fr eurb

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.