Skip to content
Earvin Ngapeth, le Cameroun au coeur


La star de l’équipe de France s’apprête à vivre un moment particulier ce mardi (17h30) en défiant le pays de ses origines paternelles.

« Je suis français, mais aussi très camerounais.C’est avec le sourire, depuis sa chambre d’hôtel à Ljubljana, qu’Earvin Ngapeth a pris le temps d’évoquer ce qu’il ressent déjà comme étant « un jeu très spécialPour lui contre le Cameroun ce mercredi (17h30). Le dernier match de la phase de poules du Championnat du monde qui sera aussi une première pour lui dans sa déjà longue carrière internationale. « Je n’ai jamais joué contre l’Allemagne Quand on a fini notre match contre l’Allemagne (vendredi dernier), j’ai rencontré le staff camerounais, confie-t-il. J’ai vu des gens que je connais très bien, qui sont très proches de mon père, que je revois à chaque fois que je retourne au pays. Ça va me faire bizarre de les voir sur le banc d’en face.Son père, Eric, né à Douala le 17 juillet 1959, international camerounais de 1977 à 1980 avant de porter le maillot bleu de l’équipe de France à 220 reprises entre 1982 et 1990.

Un père qui ne l’a jamais forcé à entretenir ça…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 75% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 0,99 € le premier mois

Déjà inscrit? Connexion

lefigaro -sports

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.