Skip to content
échecs dans le football et l’immobilier

 |  Derniers titres de l’actualité

Derniers titres d’actualités Nouvelles locales

Comme plusieurs groupes français, nos voisins ont également connu des déceptions sur le rachat de sociétés rachetées par la Chine.

Madrid

« Un nouvel Atlético est né à Pékin », accueilli en 2015 Marcale premier journal sportif espagnol. Le conglomérat chinois Wanda a ensuite acheté une participation de 20 % dans le club de football madrilène Atlético pour 45 millions d’euros. « C’est un rêve », alors proclamé le président du club, Enrique Cerezo. « Ce partenaire nous ouvre les portes du marché asiatique, nous aide à nous financer via des sponsors et des programmes de formation », a ajouté son directeur général, Gil Marin.

Hélas, surendettée et sommée par Pékin de remettre de l’ordre dans ses finances, Wanda se débarrasse trois ans plus tard de ses actions, vendues pour 50 millions d’euros à un actionnaire israélien. Du rêve chinois, il reste un mot. Le stade Metropolitano, inauguré en 2017, portera le nom de Wanda jusqu’en 2027.

Le magazine Forbes en 2013 a classé Wang Jianlin, patron de Wanda, comme l’homme le plus riche de Chine continentale. Son projet, loin d’être le caprice isolé d’un milliardaire fantasque, s’inscrivait pourtant dans un contexte d’intérêt…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 65% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà inscrit? Connexion


Meilleures nouvelles Actualités Yahoo

lefigaro -Économie et commerce

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.