Skip to content
Édouard Philippe avance malgré les embûches tendues par Emmanuel Macron

 | Meilleurs articles

Nouvelles d’aujourd’hui Nouvelles locales

HISTOIRE – L’ancien Premier ministre lance samedi une centaine de commissions Horizons. Une manière de tracer sa route sur fond de rivalités avec le chef de l’Etat, qui ont empêché son parti de fusionner avec l’Agir.

Freiné, mais pas arrêté. Édouard Philippe a beau être empêché de fusionner son parti Horizons avec le mouvement de centre-droit Agir, il veut continuer à tracer sa route. Samedi, à l’occasion d’un déplacement dans l’Ouest – à Niort, La Roche-sur-Yon et Guérande -, l’ancien Premier ministre doit lancer une centaine de comités municipaux « philippistes ». Il est « Nous installer partout sur le territoire », expliquait-il le 6 janvier dans une vidéo de vœux, deux semaines après avoir révélé les noms de la trentaine de membres de la direction d’Horizons.

En ce début d’année électorale, le maire du Havre entend « développer » le plus récent des partis majoritaires de droite. A la fin du mois, il prévoyait d’inaugurer une deuxième centaine de comités locaux et d’investir son « assemblée des maires » – pour prendre en tête les noms des maires (ex-LR) de Nice et Reims, Christian Estrosi et Arnaud Robinet se déplace.

Une partie d’Agir veut une fusion, mais une autre, et c’est mon cas, pense qu’en pleine crise sanitaire le moment n’est pas venu de s’occuper d’organisation partisane

Franck Riester, ministre du Commerce extérieur

Deuxième étape, d’ici mars, espère-t-il, l’installation…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 79% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà inscrit? Connexion


Derniers titres d’actualités Titres d’aujourd’hui

lefigaro -fp

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.