Skip to content
« Emmanuel Macron ouvre le musée des horreurs de l’histoire »


Le président algérien Abdelmadjid Tebboune et le président français Emmanuel Macron à Alger, le 27 août 2022. PRÉSIDENCE ALGÉRIENNE / REUTERS

TRIBUNE – L’académicien Jean-Marie Rouart juge naïve et très dangereuse la décision du chef de l’Etat français, qu’il a annoncée à Alger conjointement avec son homologue algérien, d’une commission mixte d’historiens pour étudier l’histoire de la colonisation française et de la guerre d’Algérie.

Il ne vient à l’esprit de personne de remettre en cause la grande intelligence du président Macron. Pas plus que de lui refuser une formidable habileté dans sa vertigineuse conquête du pouvoir. On peut aussi lui accorder, puisqu’il en est le président, des initiatives bienvenues au niveau national et international. En revanche, on reste sidéré devant la conception naïve qu’il exprime de l’Histoire. Et ce qui est plus grave pour un chef d’Etat, le lien qui existe entre cette histoire et les grandes décisions politiques.

La dernière preuve, certainement pas la dernière, est sa décision prise à Alger de constituer une commission mixte d’historiens et de leur ouvrir les archives (quinze ans avant la date légale) qui vont du début de la colonisation à la fin de la guerre. . d’Algérie. Qu’un député des Nupes, qu’un bol agité comme François Ruffin ou le maire de Grenoble, jette ce pavé dans la mare du haut de l’hémicycle de l’Assemblée nationale, ça se conçoit. Nous en avons vu d’autres. Mais le président…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 88% à découvrir.

La liberté c’est aussi aller au bout d’un débat.

Continuez à lire votre article pour 0,99 € le premier mois

Déjà inscrit? Connexion

lefigaro -fp

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.