Skip to content
En Martinique, le préfet décrète un couvre-feu face aux violences urbaines

Dans un communiqué, le préfet de la Martinique a instauré jeudi un couvre-feu « de 19 heures à 5 heures du matin jusqu’au calme » pour faire face aux « violences urbaines nocturnes » que connaît l’île depuis lundi.

Un couvre-feu a été instauré jeudi 25 novembre en Martinique où des tensions persistent depuis un appel à la « résistance » lancé mi-novembre par un collectif de syndicats et d’organisations citoyennes pour dénoncer l’usage du pass sanitaire et l’obligation de vaccination pour les soignants.

Condamnant « avec la plus grande fermeté » les violences urbaines nocturnes qui sévissent sur l’île depuis lundi, le préfet de la Martinique a annoncé l’instauration d’un couvre-feu de 19 heures à 5 heures du matin, « jusqu’au retour au calme », ​​afin de « faciliter l’intervention des forces de sécurité ».

>> A voir : Antilles : la Martinique et la Guadeloupe s’enfoncent dans la crise

L’objectif de cette mesure est « le retour à une situation apaisée » qui « (vous) permette ensuite de dialoguer, de travailler, d’avancer », mais aussi « le retour du service public et la réouverture du système scolaire », a déclaré le préfet Stanislas Cazelles à l’AFP.

Depuis le début des violences, onze personnes ont été interpellées et plusieurs armes saisies, a-t-il précisé dans un communiqué.

Avec l’AFP et Reuters

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.