Skip to content
[EN PHOTOS] Nous avons visité l’impressionnant chantier de construction de la station Édouard-Montpetit du REM



L’impressionnant site de la station Édouard-Montpetit du Réseau express métropolitain (REM), que nous avons pu visiter mercredi, ressemble à une mine, en plein cœur de Montréal.

A son ouverture en 2023, cette station REM, construite à 70 mètres sous terre, sera la station de métro la plus profonde du pays et la deuxième en Amérique du Nord, derrière Washington Park, Oregon.

Photo Joël Lemay, Agence QMI

Les accès par lesquels se rendre au futur quai d’embarquement de la gare

Mais jusqu’à son ouverture, beaucoup de travail reste à faire. Mercredi, comme c’est généralement le cas, une cinquantaine d’ouvriers étaient au travail.

En plus d’avoir nécessité l’excavation de 30 000 mètres cubes de roche, ce site pose de nombreux défis, notamment en raison de sa profondeur.

[EN PHOTOS] Nous avons visité l’impressionnant chantier de construction de la station Édouard-Montpetit du REM

Photo Joël Lemay, Agence QMI

« Ce genre de travaux, c’est le même type qu’on fait dans le Grand Nord québécois, quand on creuse pour faire une avenue d’eau, mais on a fait ça au cœur de la ville », explique l’un des ingénieurs du REM, Jean- Philippe Pelletier.

L’étroitesse du site et sa proximité avec les commerces compliquent également le travail, précise l’ingénieur.

• Lire aussi : De jeunes maires veulent transformer Laval et Longueuil en « Brooklyn de Montréal »

20 étages en 30 secondes

Une fois la station en service, « cinq ascenseurs à grande vitesse qui parcourront l’équivalent d’un immeuble de 20 étages en moins de 30 secondes » permettront aux usagers du REM d’accéder à la station, précise CPDQ Infra, la division de la Caisse de dépôt et placement du Québec responsable de la construction du REM.

[EN PHOTOS] Nous avons visité l’impressionnant chantier de construction de la station Édouard-Montpetit du REM

Photo Joël Lemay, Agence QMI

Les ascenseurs parcourront l’équivalent d’un immeuble de 20 étages en moins de 30 secondes.

Mais pour les fins de la visite, nous avons pu accéder à la gare à bord d’un ascenseur, à partir de l’entrée située au coin de l’avenue Vincent-D’Indy et du boulevard Édouard-Montpetit, dans le quartier Côte-des-Neiges-Notre -Dame-de-Grâce.

La station REM est construite à quelques pas de la station du même nom sur la ligne bleue du métro de Montréal, qui sera accessible par un passage souterrain, non loin du campus de l’Université de Montréal.

[EN PHOTOS] Nous avons visité l’impressionnant chantier de construction de la station Édouard-Montpetit du REM

Photo Joël Lemay, Agence QMI

Trains sous le mont Royal

Pour accéder à la gare Édouard-Montpetit, les trains du REM emprunteront le tunnel sous le mont Royal. À terme, environ 500 trains y circuleront chaque jour, précise Jean-Philippe Pelletier.

[EN PHOTOS] Nous avons visité l’impressionnant chantier de construction de la station Édouard-Montpetit du REM

Joël Lemay / Agence QMI

Le tunnel où passera le train du REM

Cette station permettra également de réaliser le rêve de l’ancien maire de Montréal, Jean Drapeau, qui voulait faire passer des rames de métro dans le tunnel sous la montagne.

Avant sa fermeture pour le début des travaux du REM, ce tunnel était utilisé par les trains Exo des lignes Deux-Montagnes et Mascouche.

[EN PHOTOS] Nous avons visité l’impressionnant chantier de construction de la station Édouard-Montpetit du REM

Photo Joël Lemay, Agence QMI

Photo Joël Lemay, Agence QMI

Automne 2023

La construction de l’extérieur de la gare devrait être achevée dans les prochains mois. Son ouverture est prévue pour la fin de l’automne 2023.

La mise en service de la première branche du REM, qui reliera la Rive-Sud au centre-ville de Montréal, est prévue pour l’été 2022.

Une vidéo qui pourrait vous intéresser :

Un an après son annonce, le REM de l’Est ne fait toujours pas l’unanimité

journaldemontreal-local

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.