Skip to content
en Ukraine, la course pour rétablir l’électricité dans les villes sans électricité


Plus des deux tiers de la capitale ukrainienne étaient sans électricité jeudi matin et une grande partie des habitants n’ont pas l’eau courante, au lendemain des grèves russes qui ont provoqué les plus grandes pannes d’électricité à Kyiv en neuf mois de guerre. Trois centrales nucléaires ukrainiennes sous le contrôle de Kyiv ont cependant pu être reconnectées au réseau électrique. Suivez en direct les derniers développements de la guerre en Ukraine.

  • 10h24 : trois centrales nucléaires reconnectées au réseau électrique

« Après les bombardements massifs d’hier, les travailleurs de l’énergie ont pu (…) reconnecter trois centrales nucléaires au réseau électrique dans la matinée », a déclaré le ministère ukrainien de l’Energie sur Telegram, ajoutant que ces installations devraient démarrer. fournir de l’électricité d’ici « ce soir ».

« La situation est difficile dans tout le pays », a ajouté German Galushenko dans un communiqué télévisé, précisant que le réseau électrique national était à nouveau « unifié » après les dégâts causés par les frappes russes et que la production devrait augmenter progressivement dans la journée. .

  • 10h18 : la Pologne veut que l’Allemagne donne ses missiles Patriot à l’Ukraine

Le ministre polonais de la Défense a proposé que l’Allemagne transfère à l’Ukraine le système de défense aérienne Patriot qu’elle a donné à Varsovie après la chute d’un missile mortel en Pologne la semaine dernière.

« Après de nouvelles attaques de missiles russes, j’ai demandé à la partie allemande que les batteries Patriot offertes à la Pologne soient transmises à l’Ukraine et installées sur la frontière occidentale », a déclaré mercredi soir Mariusz Blaszczak sur Twitter. « Cela protégera l’Ukraine contre de nouvelles pertes et coupures de courant, et renforcera la sécurité à notre frontière orientale », a-t-il ajouté.

  • 9h50 : La Russie salue les contacts « constructifs » avec l’AIEA sur la centrale de Zaporijia

Le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Ryabkov, a déclaré que les contacts avec l’organisme de surveillance nucléaire des Nations Unies concernant la sécurité de la centrale nucléaire de Zaporijia sous contrôle russe étaient « constructifs » et prometteurs.

La centrale de Zaporijia, dont la Russie s’est emparée peu après son invasion du 24 février, a de nouveau été secouée par des bombardements le week-end dernier, poussant l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) à demander la création d’une zone de protection autour d’elle afin d’éviter une catastrophe nucléaire.

  • 9h04. : en Ukraine, la course pour rétablir l’électricité dans les villes sans électricité

Au lendemain des frappes russes qui ont visé des infrastructures énergétiques en Ukraine, plus des deux tiers de Kyiv sont toujours privés d’électricité jeudi matin et une grande partie des habitants n’a pas l’eau courante.

Les trois centrales nucléaires fermées en raison des attentats de mercredi devaient être remises en service plus tard jeudi, ce qui devrait contribuer à atténuer les problèmes d’approvisionnement, a espéré le ministre de l’Energie German Galushenko.

  • 8h35 : la Hongrie va fournir 195 millions de dollars d’aide financière à l’Ukraine

La Hongrie fournira 187 millions d’euros (195 millions de dollars) d’aide financière à l’Ukraine – sa contribution à un programme d’aide de l’UE d’une valeur totale de 18 milliards d’euros en 2023, selon un décret gouvernemental publié en fin de journée mercredi.

  • 2h58 : Les frappes russes sont une « violation manifeste du droit international humanitaire », selon Paris

L’ambassadeur de France à l’ONU, Nicolas Rivière, a qualifié les frappes russes de « violation manifeste du droit international humanitaire » et a réaffirmé le soutien de la France à l’Ukraine lors de ce Conseil de sécurité.

Avec AFP et Reuters

France 24 Europe

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.