Skip to content
Éric Zemmour face aux défis de l’après-Villepinte


HISTOIRE – Le candidat a su rassurer ses qualités de tribun et, ceci même dans ses propres équipes. Mais il doit faire face aux affrontements et violences qui accompagnent chacun de ses déplacements.

Dans les équipes de Zemmour, tous se sont accordés un moment dimanche soir pour souffler. Leur champion vient de réaliser l’exploit qu’ils espéraient. En remplissant le parc des expositions de Villepinte, près de Paris, de dizaines de milliers de personnes, l’essayiste a eu un double coup. D’une part, il a su mettre un terme à cette mauvaise séquence entamée mi-novembre faite de doutes, de maladresses et de polémiques. Une pente que même sa déclaration de candidature n’avait pas encore réussi à inverser. Selon nos informations, Reconquest, son mouvement lancé ce dimanche, a déjà enregistré 12.000 adhésions en 24 heures malgré un coût fixé à 30 euros.

Éric Zemmour a su rassurer, en revanche, ses qualités de tribun. Même dans ses propres équipes : « Au-delà de notre capacité à rassembler les gens, la question était aussi de savoir s’il pouvait être conférencier. Jusque-là, plusieurs d’entre nous n’étaient pas sûrs, admet un membre du premier cercle. Ce n’est plus

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 79% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà inscrit? Connexion

lefigaro -fp

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.