Skip to content
Explosion des revenus et baisse d’impôts


Les caisses de l’État débordent grâce à l’inflation qui a augmenté les revenus du Québec. À l’approche de la campagne électorale, la CAQ en profite pour promettre une baisse d’impôt qui touchera les particuliers lors d’un prochain mandat.

• Lisez aussi : Une récession n’est pas le scénario le plus probable, selon Girard

C’est une « année remarquable », a déclaré le ministre des Finances Eric Girard, qui a déposé le rapport préélectoral lundi matin à l’Assemblée nationale.

Depuis le dépôt du dernier budget en mars dernier, les revenus sont en hausse dans toutes les colonnes budgétaires de son ministère.

L’inflation et la reprise économique post-pandémique expliquent cette croissance.

Les prévisions budgétaires du gouvernement du Québec sont plausibles, conclut même la vérificatrice générale, Guylaine Leclerc, après avoir analysé le rapport.

L’objectif était de s’assurer que les partis politiques « n’aient pas de surprises lorsqu’ils arrivent au pouvoir », dit-elle.

Payer l’inflation

Ce sont les prévisions de revenus de l’impôt sur le revenu des personnes physiques qui augmentent de manière significative et rapide. Récemment, une inflation élevée et des conditions économiques favorables ont entraîné une augmentation de 9,4 % des salaires et traitements.

La croissance additionnelle prévue touchant l’impôt sur le revenu des particuliers est de 2,3 milliards de dollars, pour un total de 43,5 milliards de dollars lié à l’exercice financier 2022-2023.

Cette progression devrait se poursuivre en 2022-2023, puis ralentir l’année suivante afin d’atteindre une croissance plus modérée.

L’impôt des citoyens représente 30 % de l’ensemble des recettes autonomes de l’État.

La taxe à la consommation permet aussi à l’Etat de s’enrichir.


Explosion des revenus et baisse d’impôts

Réduction d’impôt

Ainsi, après les libéraux et les conservateurs, le gouvernement caquiste promet de réduire le fardeau fiscal des particuliers. « Les Québécois sont les citoyens les plus imposés en Amérique du Nord, a décrit le ministre Girard.

Malgré cette promesse, il n’exclut pas de redistribuer un chèque pour contrer l’inflation.

Cependant, il refuse de dévoiler les détails qui seront liés à cette baisse d’impôt. « Nous allons le faire de manière ordonnée et responsable », plaide-t-il.

Dans le dernier budget, Québec prévoyait un déficit de 6,1 milliards de dollars et un retour à l’équilibre budgétaire en 2027-2028. Le rapport montre maintenant un déficit de seulement 729 millions de dollars. Le ministère a également prévu des provisions de l’ordre de 2 milliards de dollars par année pour l’ensemble du cadre financier. Ensuite, il n’y a plus trace du déficit structurel.

Le ministre Girard maintient néanmoins son horizon de 5 ans pour le retour à l’équilibre budgétaire.

Pour financer la baisse d’impôt, Québec pourrait donc avoir recours à la carte de crédit. « Il ne faut pas couper les services. Il ne faut pas revenir à l’austérité budgétaire », a indiqué M. Girard.

Idem pour le Parti libéral. « Ce n’est pas quelque chose qui nous arrêterait », a déclaré Carlos Leitão, porte-parole de l’opposition officielle pour les finances publiques.

Selon M. Leitão, le gouvernement a beaucoup d’argent, mais les populations vulnérables souffrent de la hausse du coût de la vie.

Mise en garde

De plus, l’incertitude qui pèse sur l’économie mondiale pourrait bouleverser le seul scénario envisagé par le ministère des Finances, note le vérificateur général.

Elle critique entre autres l’absence de plan B dans les cartons du gouvernement. Il pointe notamment la flambée inflationniste qui provoque le resserrement monétaire et la guerre en Ukraine. Un scénario basé sur une récession aurait été utile, plaide Mmoi Leclerc.

De son côté, M. Girard et son équipe estiment le risque de récession à 35 %. Il rappelle l’existence d’une marge de prudence.

Des milliards d’impôts

4,9 millions de Québécois ont payé de l’impôt sur le revenu en 2020

30% de tous les revenus de l’État proviennent des particuliers

En 2022-2023, le Québec prévoit ainsi récupérer 43,4 milliards de dollars.

Revenus totaux prévus : 144,5 milliards de dollars



journaldemontreal-local

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.