L'Europe

Face à un mandat d’arrêt, Poutine visite la Crimée annexée


Le président russe Vladimir Poutine s’est rendu samedi en Crimée pour marquer le neuvième anniversaire de l’annexion de la péninsule de la mer Noire à l’Ukraine, au lendemain de l’émission par la Cour pénale internationale d’un mandat d’arrêt contre le dirigeant russe l’accusant de crimes de guerre.

Poutine a visité une école d’art et un centre pour enfants qui font partie d’un projet de développement d’un parc historique sur le site d’une ancienne colonie grecque, ont indiqué les agences de presse russes.

Vendredi, le tribunal a accusé Poutine d’être personnellement responsable des enlèvements d’enfants ukrainiens lors de l’invasion russe du pays voisin il y a près de 13 mois.

La Russie a annexé la Crimée à l’Ukraine en 2014, une décision que la plupart des pays du monde ont dénoncée comme illégale. Le président ukrainien Volodymyr Zelenskyy a exigé que la Russie se retire de la péninsule ainsi que des zones qu’elle occupe depuis l’année dernière.

Poutine n’a montré aucune intention de renoncer aux acquis du Kremlin. Au lieu de cela, il a souligné vendredi l’importance de tenir la Crimée.

« De toute évidence, les problèmes de sécurité sont désormais prioritaires pour la Crimée et Sébastopol », a-t-il déclaré, faisant référence à la plus grande ville de Crimée. « Nous ferons tout ce qui est nécessaire pour repousser toute menace. »

Un cadet de l’école de la Marine se tient sous un drapeau russe géant lors d’une action marquant le neuvième anniversaire de l’annexion de la Crimée par la Russie à l’Ukraine, à Saint-Pétersbourg, en Russie, le 18 mars 2023. L’annexion a été dénoncée par la plupart des dirigeants mondiaux.

Poutine a pris un avion pour parcourir les 1 821 kilomètres (1 132 miles) de Moscou à Sébastopol, où il a pris le volant de la voiture qui l’a transporté dans la ville, selon le gouverneur installé à Moscou Mikhail Razvozhaev.

Le mandat d’arrêt de la CPI a été le premier émis contre un dirigeant de l’un des cinq membres permanents du Conseil de sécurité des Nations Unies. Le tribunal, basé à La Haye, aux Pays-Bas, a également émis un mandat d’arrêt contre Maria Lvova-Belova, commissaire aux droits de l’enfant au bureau du président de la Fédération de Russie.

Cette décision a été immédiatement rejetée par Moscou, mais accueillie par l’Ukraine comme une percée. Cependant, les chances que Poutine soit jugé à la CPI sont très peu probables car Moscou ne reconnaît pas la compétence de la Cour ou n’extrade pas ses ressortissants.

Malgré l’action du tribunal et ses implications pour Poutine, les Nations unies et le président turc Recep Tayyip Erdogan ont annoncé samedi qu’un accord de guerre qui permettait l’acheminement du grain de l’Ukraine vers les pays d’Afrique, du Moyen-Orient et d’Asie avait été prolongé, bien qu’aucun n’ait dit comment long.

Le vice-Premier ministre ukrainien Oleksandr Kubrakov a tweeté que l’accord avait été renouvelé pour 120 jours, la période souhaitée par l’Ukraine, la Turquie et l’ONU. Mais la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, a déclaré à l’agence de presse russe Tass que Moscou avait accepté une prolongation de 60 jours.

La Russie et l’Ukraine sont les deux principaux fournisseurs mondiaux de blé, d’orge, d’huile de tournesol et d’autres produits alimentaires abordables dont dépendent les pays en développement. Ils ont signé l’année dernière des accords séparés avec l’ONU et la Turquie pour permettre à la nourriture de quitter les ports ukrainiens bloqués.

La Russie s’est plainte que les expéditions de ses engrais – que son accord était censé faciliter – n’arrivent pas sur les marchés mondiaux. Le pays s’est brièvement retiré de l’accord en novembre avant de le rejoindre et d’accepter un renouvellement de 120 jours.

Pendant ce temps, Poutine a signé samedi une loi qui impose de lourdes amendes pour avoir discrédité ou diffusé des informations trompeuses sur des volontaires ou des mercenaires combattant en Ukraine. La loi prévoit une amende individuelle de 50 000 roubles (660 $) pour une première infraction et jusqu’à 15 ans de prison en cas de récidive.

La mesure reflète celle adoptée au début de la guerre qui s’appliquait à parler négativement des soldats ou de l’armée russe en général.

Les combattants du groupe Wagner, une société militaire russe privée connue pour ses tactiques féroces, ont joué un rôle clé en Ukraine, en particulier dans la campagne acharnée de la Russie pour s’emparer de la ville de Bakhmut, dans la province orientale de Donetsk.

Un policier ukrainien se met à couvert devant un bâtiment en feu qui a été touché lors d'une frappe aérienne russe à Avdiivka, en Ukraine, le 17 mars 2023.

Un policier ukrainien se met à couvert devant un bâtiment en feu qui a été touché lors d’une frappe aérienne russe à Avdiivka, en Ukraine, le 17 mars 2023.

En Ukraine, les autorités ont signalé des attaques russes généralisées entre vendredi soir et samedi matin. Écrivant sur Telegram, le commandement de l’armée de l’air ukrainienne a déclaré que 11 drones sur 16 avaient été abattus lors d’attaques qui visaient la capitale, Kiev, et la province occidentale de Lviv, entre autres.

Le chef de l’administration de la ville de Kiev, Serhii Popko, a déclaré que les défenses aériennes ukrainiennes avaient abattu tous les drones se dirigeant vers la capitale. Le gouverneur de Lviv, Maksym Kozytskyy, a déclaré samedi que trois des six drones avaient été abattus, les trois autres frappant un district frontalier de la Pologne.

Selon l’armée de l’air ukrainienne, les attaques ont été menées depuis la côte est de la mer d’Azov et la province russe de Bryansk, qui borde également l’Ukraine.

L’armée ukrainienne a rapporté qu’entre vendredi matin et samedi matin, les forces russes ont lancé 34 frappes aériennes, une frappe de missiles et 57 tirs antiaériens. La chute de débris a frappé la province de Kherson, dans le sud de l’Ukraine, endommageant sept maisons et un jardin d’enfants.

La Russie concentre toujours l’essentiel de ses opérations offensives dans l’est industriel de l’Ukraine, concentrant ses attaques sur Bakhmut et d’autres parties de la province de Donetsk.

Le gouverneur régional Pavlo Kyrylenko a déclaré qu’une personne avait été tuée et trois blessées lorsque 11 villes et villages de la province ont été bombardés vendredi.

Plus à l’ouest, des roquettes russes ont touché une zone résidentielle dans la nuit de la ville de Zaporizhzhia, la capitale régionale de la province partiellement occupée du même nom. Aucune victime n’a été signalée, mais des maisons ont été endommagées, a déclaré Anatoliy Kurtev du conseil municipal de Zaporizhzhia.

Des responsables militaires britanniques ont déclaré samedi que la Russie était susceptible d’étendre la conscription obligatoire pour reconstituer ses troupes combattant en Ukraine. Le ministère britannique de la Défense a déclaré dans sa dernière analyse que les députés de la Douma russe, la chambre basse du parlement russe, avaient présenté un projet de loi visant à modifier l’âge du projet pour les hommes à 21-30, contre 18-27 actuellement.

Le ministère a déclaré que de nombreux hommes russes âgés de 18 à 21 ans demandent des exemptions du service militaire parce qu’ils sont inscrits dans des établissements d’enseignement supérieur. La tranche d’âge plus large signifierait qu’ils devraient éventuellement servir. Les responsables britanniques ont déclaré que la loi serait probablement adoptée et entrerait en vigueur en janvier 2024.

voanews eurp

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page