Skip to content
Fenêtres calfeutrées pour la rentrée scolaire à l’école Maisonneuve à Montréal


Les étudiants montréalais fréquenteront un immeuble dont les fenêtres se délabrent, au point qu’elles ont dû être calfeutrées avec du contreplaqué et du ruban adhésif avant la rentrée scolaire.

• Lisez aussi : [PHOTOS] Découvrez le premier laboratoire-école inauguré au Québec

• Lisez aussi : Pénurie d’enseignants à Montréal: l’état de « délabrement » des écoles remis en cause

« C’est dur et ce n’est pas acceptable », déplore sans détour Patricia Clermont, porte-parole du mouvement Je protège mon école publique.

« Qu’il se soit détérioré à ce point est évidemment inquiétant. Je me demande : combien d’écoles sont dans une situation similaire ? se demande-t-elle.

Le bâtiment situé sur la rue Ontario, dans Mercier–Hochelaga-Maisonneuve, sert temporairement de service de garde pour l’école Maisonneuve, qui fait l’objet de travaux majeurs.

Fenêtres en octobre

La garderie a aussi subi des travaux cet été, mais les fenêtres n’ont pas été changées, malgré leur état déplorable.


Fenêtres calfeutrées pour la rentrée scolaire à l’école Maisonneuve à Montréal

Photo Agence QMI, Pascal Dugas Bourdon

« L’entrepreneur reviendra installer les nouvelles fenêtres en octobre puisqu’elles ne seront livrées qu’à ce moment-là en raison d’un retard indépendant de notre volonté », a indiqué Alain Perron, porte-parole du centre de service. École de Montréal (CSSDM).

Une explication qui ne convainc pas Mme Clermont, qui juge que les travaux auraient pu être faits il y a longtemps.

« Je peux comprendre les raisons invoquées, mais ce n’est pas acceptable. Il faut penser à déménager », tranche le porte-parole du collectif citoyen.

En attendant la pose des nouvelles fenêtres, « une membrane provisoire assure l’étanchéité », a-t-on précisé.

Depuis la rentrée 2021, une quarantaine d’élèves fréquentent le lieu, auparavant prêté à un organisme communautaire.

L’organisme scolaire s’assure que l’aspect des fenêtres n’est pas représentatif des locaux utilisés par le service de garde.

bâtiments délabrés

Sans trop de surprise, le bâtiment abritant ce service de garde a obtenu, en février dernier, la cote E pour sa vétusté, la pire possible. Ce n’est pas le seul : plus de la moitié des écoles du Québec sont considérées comme « vétustes » (cotes D et E).

Le gouvernement Legault avait pourtant fait de la rénovation des écoles l’un de ses principaux champs de bataille.

« L’illustration la plus visible de l’échec libéral en éducation, ce sont nos écoles. Chaque matin, un parent sur deux amène son enfant dans une école délabrée », déplorait en 2018 Jean-François Roberge, aujourd’hui ministre de l’Éducation.

Avez-vous des informations à partager avec nous sur cette histoire ?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs ?

Écrivez-nous au ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.



journaldemontreal-local

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.