Skip to content
« feu vert » de la concurrence britannique, avec trois transferts

[ad_1]

Veolia a dû vendre trois « parties substantielles de l’activité fusionnée » pour se conformer au droit de la concurrence en Grande-Bretagne.

L’Autorité britannique de la concurrence (CMA) a rendu jeudi ses conclusions sur le rachat de Suez par Veolia, un « lumière verteaux yeux du géant des services à l’environnement, qui doit cependant renoncer à reprendre trois entités. Le gendarme britannique de la concurrence a conclu que Veolia devait vendre trois «parties substantielles de la société fusionnéese conformer au droit britannique de la concurrence.

Sont concernés « Les activités déchets de Suez au Royaume-Uni», «Les activités de services d’exploitation et de maintenance des eaux industrielles de Suez au Royaume-Uni » aussi bien que « Les services mobiles d’eau de Veolia en Europe« . Veolia, qui avait pris les devants en s’engageant déjà sur ces cessions, souligne que ces conclusions sont un « lumière verteà l’absorption de Suez.

« Lumière verte »

« L’annonce d’aujourd’hui est véritablement un feu vert de la Commission de la concurrence du Royaume-Unià la fusion avec Suez, une porte-parole de Veolia s’est réjouie auprès de l’AFP, expliquant que sur les trois ventes nécessaires, deux avaient déjà été signées. Concernant la reprise de l’activité déchets de Suez en Grande-Bretagne, Veolia a annoncé début août un accord de 2,4 milliards d’euros avec le gestionnaire d’actifs australien Macquarie Asset Management.

Toutefois, cette acquisition reste soumise à l’approbation de la CMA. Par ailleurs, le « nouvelle Suez», une entité indépendante regroupant les actifs que Veolia n’a pas pu croquer en raison des lois antitrust, est également en lice pour racheter ces unités de déchets. Le groupe s’est engagé à étudier en détail les termes de l’accord conclu avec Macquarie, à la suite duquel il décidera d’exercer ou non son droit de préemption.

Concernant les services mobiles d’eau en Europe, cette vente a déjà été convenue avec l’autorité européenne de la concurrence, rappelle Veolia, et un accord de vente a été signé début mai avec Saur pour environ 190 millions d’euros. Ainsi demeure lepetite activité d’exploitation et de maintenance dans les eaux industrielles de Suez au Royaume-Uni», «pas du tout significatif« Par rapport à l’activité déchets, précise Veolia jeudi.

Le numéro un mondial de la gestion de l’eau et des déchets a réussi en janvier à absorber Suez, après plus d’un an de bataille. Cette opération de 13 milliards d’euros lui a permis de passer de 180 000 à 230 000 salariés, avec un chiffre d’affaires de 37 milliards d’euros, soit 10 milliards supplémentaires. La « nouvelle Suez» indépendant a été maintenu, réduit de 60 %, et déremboursé. Constitué de la plupart des actifs hexagonaux du Suez historique, il a également conservé quelques activités au Maroc, en Italie et en Chine.

Racheté par un consortium d’actionnaires (les fonds Meridiam et GIP, avec la Caisse des dépôts et CNP Assurances), le groupe a depuis racheté la plus grande société de gestion des déchets d’Afrique du Sud. Sa direction doit présenter sa stratégie de développement à l’automne.

[ad_2]

lefigaro -Économie et commerce

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.