Skip to content
François Alu quitte l’Opéra de Paris, un choix périlleux pour le danseur étoile


François Alu s’est mis d’accord avec l’Opéra national de Paris pour engager ensemble les formalités de départ mais ne ferme pas le formulaire à de futures collaborations avec le ballet dirigé par José Martinez. Joël SAGET / AFP

Un communiqué de la Grande Maison indique que le danseur nommé star il y a quelques mois retrouve sa liberté professionnelle pour, dit-il, « pleine réalisation de ses aspirations artistiques ».

Nommé vedette le 23 avril 2022, François Alu quitte l’Opéra de Paris. Un communiqué de presse envoyé aujourd’hui informe que « un dialogue était engagé depuis plusieurs mois entre le danseur étoile François Alu et l’Opéra national de Paris sur ses aspirations professionnelles et son parcours d’artiste, qui ont toujours fait place à des projets extérieurs au Ballet. Au terme de ce dialogue, les deux parties ont convenu de faire évoluer leur relation vers un cadre différent, permettant de nouvelles formes de collaboration plus libres, basées sur des projets artistiques de natures diverses.En parfaite entente avec la direction de l’Opéra national de Paris, la danseuse étoile François Alu va bientôt quitter le Ballet« .

Dans le même communiqué, François Alu partage ses motivations pour quitter l’Opéra : « J’ai décidé de reprendre ma pleine liberté professionnelle afin de pouvoir réaliser pleinement mes aspirations artistiques. Nous nous sommes donc mis d’accord avec l’Opéra national de Paris pour engager ensemble les formalités en ce sens, tout en explorant les futures collaborations que nous pourrions mener ensemble.

Alu ne dansera pas Rothbart dans Le lac des cygnes. « Il appartiendra au nouveau directeur de la danse, José Martinez, qui entrera en fonction le 5 décembre 2022, d’évoquer avec lui les projets collaboratifs qui, je l’espère, pourront voir le jour dans le futur. Je lui souhaite une très bonne continuation dans sa carrière., estime Alexander Neef. Le statut naissant est celui d’artiste invité déjà utilisé par l’Opéra de Paris, entre autres, pour Ghislaine Thesmar, Sylvie Guillem, Patrick Dupont et Éric Vu An, ces trois derniers ne s’entendant pas avec le Tsar de l’époque, Rudolf Noureev. Les contrats prévoyaient ou non un certain nombre de représentations par an pour ces danseurs qui avaient alors entre 23 et 25 ans. Il s’agissait de ne pas priver le public de l’opéra de ses vedettes les plus brillantes, trop convoitées pour s’astreindre à respecter les aléas de l’horaire de la maison.

Alu fait probablement un calcul dangereux. A 29 ans, il est une star de la danse, mais simplement en France. Le monde entier rêvait de Guillem et de Dupont, de Béjart et de l’Italie de Vu An. Al? Il tourne avec son one man show Complètement jeté sur les scènes de France et défraie la chronique Danse avec les stars. Le one man show, extrêmement physique, qu’il reprend en janvier à l’Olympia le pousse au bout de ses possibilités. Combien de temps peut-il le tenir ? Et s’il les sauve beaucoup à « Danse avec les stars », l’émission ne permet pas de construire une carrière honorable. Il lui ouvre les portes des grandes conventions de la marque où il parle de danse… Pour un grand danseur, cela crée une carrière peu enviable. A 29 ans, il aurait été raisonnable de se lancer dans la danse classique. Pour en apprendre un peu plus sur son art, côtoyer des rôles qui l’auraient fait grandir et lui auraient permis de se faire un nom à l’international.

On aurait pu compter sur la complicité entre José Martinez et François Alu pour trouver un accord. Martinez a chorégraphié pour Alu, un rôle dans scaramouche quand Alu était à l’école de danse. Se rendant compte que le garçon montrait des dons exceptionnels pour les sauts et les figures, il lui avait équipé une version spéciale. Quel dommage que ça n’ait pas marché. Alu voulait une liberté particulière pour mener à bien ses engagements en dehors de l’Opéra, pour choisir ses rôles, la manière de les interpréter, des émoluments particuliers… Des exigences impossibles et discriminatoires pour les autres vedettes. « L’Opéra de Paris, c’est 180 spectacles par an. Les danseurs doivent d’abord servir la maison», a déclaré José Martinez le jour de sa nomination. Dont acte.

lefigaro – divertissement

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.