Skip to content
gagner sans briller, la Belgique a retenu la leçon de 2019


Dominés par le Canada pour leur entrée dans la Coupe du monde 2022, les Diables Rouges se sont tout de même imposés 1-0. Une philosophie réaliste qu’ils avaient reprochée à la France après la demi-finale 2018.

La Belgique a souffert, la Belgique s’est pliée, mais la Belgique a gagné. Pour leur premier match de la Coupe du monde 2022 ce mercredi, les Red Devils ont péniblement battu le Canada (1-0). Dépassés par l’assaut rapide des Canucks volontaires mais maladroits devant le but, ils ont subi une bonne partie du match. « Nous ne pensions pas qu’ils allaient appuyer si fort», a admis le gardien Thibaut Courtois après le match. Son équipe lui doit une dette de gratitude. Le gardien du Real Madrid a sauvé un penalty en première mi-temps avant de multiplier les parades et les relances de qualité. C’est l’une des rares satisfactions d’un onze belge débordé.

« Ce n’était pas la meilleure Belgique ce soir», a concédé Michy Batshuayi, le seul buteur de la rencontre. Cependant, lui et ses coéquipiers ont su trouver les ressources pour s’imposer. Preuve que le beau jeu n’est pas synonyme de victoire, et inversement. « Techniquement, c’est peut-être notre pire performance dans un tournoi majeur, souligne l’entraîneur Roberto Martinez. Mais ce n’est pas notre pire match depuis que nous avons gagné.»

L’arroseur a arrosé

Gagner sans briller, c’est justement ce que la France s’est vu reprocher en 2018 par… la Belgique. Les deux équipes se sont rencontrées en demi-finale de la Coupe du monde en Russie. Malgré une nette domination belge, les Bleus se sont imposés 1-0 grâce à une tête sur corner de Samuel Umtiti. « C’était un match frustrant, la France a joué pour rien, défendant avec onze joueurs à 40 mètres de leur butavait pesté Thibaut Courtois après le match. La frustration est là car on perd contre une équipe qui n’est pas meilleure que nous.

Le parallèle est amusant. Contre le Canada, l’apôtre du beau jeu est devenue la machine froide et réaliste qu’elle vilipendait hier. Et son entraîneur de reconnaître que « gagner un match de coupe du monde quand on joue mal n’est pas un hasard« . Aventure d’un soir ou nouvelle philosophie de jeu ? En attendant, côté belge, on est très content des trois points. »A la fin on gagne donc on est content», confie le milieu Axel Witsel. Après le semestre 2018, Thibaut Courtois s’est senti « dommage pour le football que la Belgique n’ait pas gagné« . Qu’en pense le football aujourd’hui ?

lefigaro -sports

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.