Skip to content
Gérald Darmanin veut travailler sur les interdictions de stade


La bouteille d’eau jetée d’une béquille au-dessus de la tête du joueur Dimitri Payet, dimanche 21 novembre, au Parc OL, pourrait avoir de lourdes conséquences pour le football français. Des mesures pour améliorer la sécurité dans les stades seront proposées « Dans quinze jours », a annoncé le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, mardi, deux jours après l’incident survenu lors du match entre l’Olympique Lyonnais (OL) et l’Olympique de Marseille (OM), interrompu à la quatrième minute et qui n’a jamais repris.

« Nous avons convenu de travailler ensemble sur quatre sujets », a expliqué le ministre de l’Intérieur à l’issue d’une rencontre à Beauvau avec les instances du football, plusieurs présidents de clubs ainsi que les ministres de la justice, Eric Dupond-Moretti, et des sports, Roxana Maracineanu.

« Comment arrêter un jeu ? »

« Le premier est celui (…) de l’interdiction des étapes et des réponses » apporter au problème des supporters agressifs, a détaillé le ministre. Ensuite vient la question « La sécurité même des stades », avec « Caméras et filets de vidéosurveillance ». Un groupe de travail étudiera également « La question de la sécurité privée, puisqu’il faut améliorer le contrôle d’accès aux stades », selon M. Darmanin.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés Après les incidents lors du match OL-OM, le football français en état d’urgence

« Enfin, sans doute la question la plus importante de dimanche, le processus pour décider qui arrêter un match, il ajouta. Comment arrêter un match ? Quelle responsabilité pour arrêter ce match ? Entre, évidemment, le rôle essentiel de l’arbitre [auquel] nous sommes tous extrêmement attentifs et le rôle du préfet aussi, puisqu’il y a une question d’ordre public qui se pose. « 

Dimanche, le capitaine marseillais Dimitri Payet a reçu une bouteille d’eau en plastique sur la tête lors d’un corner au Parc OL, peu après le coup d’envoi. La décision de ne pas reprendre la réunion a été prise après près de deux heures de tergiversation, provoquant une grande confusion. « Nous avons donc convenu de travailler très rapidement et, dans deux semaines, dans le même format, de nous revoir afin de [faire des propositions] au Premier ministre et aux instances dirigeantes du football », a ajouté le ministre de l’Intérieur.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés Après la fermeture de l’OL-OM, le football français s’intéresse toujours au modèle anglais qui a vaincu le hooliganisme

Le monde avec l’AFP

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.