Nouvelles sportives

grâce à Giroud et Mbappé, les Bleus accèdent aux quarts de finale

[ad_1]

Victorieuse de la Pologne (3-1) dimanche à Doha, l’équipe de France s’est qualifiée pour les quarts de finale de la Coupe du monde, où elle rencontrera l’Angleterre ou le Sénégal.

Envoyé spécial à Doha

Attendons de voir si c’est un début d’ivresse et une nouvelle folle aventure pour l’équipe de France, mais la bande de Didier Deschamps, après l’échec de l’Euro face à la Suisse, a eu le mérite de conjurer le sort et de valider son billet pour le quart -finales suite à son succès face à la Pologne (3-1) dimanche soir.

Ne tombons pas dans l’excès et les superlatifs superflus tant les Bleus n’ont pas outrageusement dominé leur sujet du côté du stade Al-Thumama, cédant parfois à la panique, aux gestes maladroits et à la maîtrise imparfaite. Mais avant de savoir qui de l’Angleterre ou du Sénégal se dressera sur la route des champions en titre samedi prochain au prochain tour, ne boudons pas non plus notre plaisir. L’aventure continue. Et tous les rêves qui l’accompagnent ont le mérite d’exister.

Les Bleus nécessiteux mais chahutés

Sans être flamboyant, mais avec du sérieux et un talent certain comme le nouveau recordman de buts en sélection, Olivier Giroud, auteur de l’ouverture du score, ou encore Kylian Mbappé parfait pour doubler la mise et clore le suspense pour son 4e et 5e Réalisation au Qatar (meilleur buteur de la Coupe du monde), l’équipe de France a pu compter sur ses individualités. Côté collectif, c’était moins brillant, moins bien huilé et surtout moins séduisant que lors des deux premières sorties contre l’Australie (4-1) et le Danemark (2-1).

Oublions la défaite contre la Tunisie (1-0) mercredi – bouillie de foot avec une équipe d’apprentis coiffeurs – qui pourrait devenir nul ailleurs si la FIFA a un peu de courage… Mais face à un adversaire conscient de ses limites, impatient Pour amener les Bleus sur un faux rythme afin d’empêcher la cavalerie française de prendre confiance, l’équipe de France a eu un aperçu de ce qui les attendait dans leur quête d’une troisième étoile. La réduction du score de Robert Lewandowski (3-1, 90+9) sur un penalty retiré après un arrêt d’Hugo Lloris, très heureux d’égaler Lilian Thuram au nombre de sélections (142), n’y a rien changé. Le ticket pour les quarts de travail était déjà validé depuis longtemps.

Un génie nommé Mbappé

Après, quand tu as le meilleur joueur de cette Coupe du monde dans tes rangs, ça te facilite la vie. Auteur d’un doublé (74e, 90+1), avec un deuxième but fabuleux de contrôle venu se loger dans la lucarne d’un Wojciech Szczęsny, Kylian Mbappé, 23 ans, a une nouvelle fois prouvé qu’à ce niveau, tous les rêves sont permis pour les Bleus. Le monde entier le craint. La pression autour de lui est folle. Et il adore ça. Avec cinq buts en Coupe du monde, les standards affichés sont gargantuesques. N’ayez jamais l’air surpris comme le dirait Belmondo à Anconina dans Itinéraire d’un enfant gâté… Même au plus fort d’un match qu’il n’avait pas survolé et d’une pause de Deschamps après un geste superflu puis l’absence de repli défensif, le « génie français » a fait parler son talent. Vite, ensuite.

Sauveur Giroud, Olivier légendaire

Et Olivier Giroud aussi ? Son but libérateur n’a pu venir qu’après une entame houleuse et une triple occasion polonaise (38e). Au pire des moments traversés par sa famille, chahutée par le faux rythme du 26e sélection mondiale, il a sorti l’équipe de France de l’ornière, repoussant aussi les fantômes de la Suisse et de l’Euro qui frappaient à la porte. Et a permis à Didier Deschamps de souffler un grand coup après un premier acte décevant et ennuyeux de ses troupes. Tout un symbole si le Milanais de 36 ans (117 sélections), pas sûr de disputer la Coupe du monde il y a un mois, a ensuite attendu dans la peau d’un remplaçant au Qatar avant d’être titulaire indiscutable avec le forfait de Benzema, a fait tout le monde. d’accord avec son ouvreur sur une offrande de Kylian Mbappé (1-0, 44e).

Avec ce but, France-Pologne : but record d’Olivier Giroud en vidéo pour une aventure débutée en novembre 2011, « Olive » s’est même offert le luxe de laisser un certain Thierry Henry dans le rétroviseur pour devenir le seul et unique meilleur buteur de l’histoire des Bleus. Pas mal pour un garçon dont la résilience et l’abnégation sont portées comme un étendard, véritable symbole de méritocratie. L’histoire continue pour les Bleus et on ne sait pas trop où tout cela va nous mener. A samedi prochain déjà.

Mondial : qui sont les meilleurs buteurs de l’histoire des Bleus ?

Accéder au diaporama (15)

[ad_2]

lefigaro -sports

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page