L'Europe

Guerre d’Ukraine : Blinken condamne les frappes russes « barbares » ; nouveau directeur à la centrale nucléaire de Zaporizhzhia

[ad_1]

1. Les frappes russes « barbares » contre l’Ukraine « ne fonctionneront pas », déclare Blinken

Le secrétaire d’Etat américain Antony Blinken a dénoncé les frappes « barbares » de la Russie contre des infrastructures civiles en Ukraine.

Blinken a déclaré mercredi que le président russe Vladimir Poutine avait concentré son « feu et sa colère » sur la population civile ukrainienne mais ne les diviserait pas.

Le secrétaire d’État américain s’exprimait après une réunion de deux jours de l’OTAN à Bucarest.

« La Russie a bombardé plus d’un tiers du système énergétique de l’Ukraine, laissant des millions de personnes dans le froid et l’obscurité », a déclaré Blinken lors d’une conférence de presse.

« Le chauffage, l’eau, l’électricité… ce sont les nouvelles cibles du président Poutine, il les frappe durement. Cette brutalisation du peuple ukrainien est barbare. »

« Cette stratégie n’a pas fonctionné et ne fonctionnera pas. Nous continuerons à lui prouver le contraire.« 

La Russie a mené d’énormes attaques contre les infrastructures énergétiques de l’Ukraine ces dernières semaines, laissant des millions de personnes sans chauffage ni électricité à des températures inférieures à zéro. Kyiv a qualifié les frappes de « crime de guerre ».

La Russie a nié avoir ciblé des civils ukrainiens et a imputé les attaques à l’échec de Kyiv à négocier un accord de paix.

Les États-Unis ont concentré leur attention sur le soutien de la résilience énergétique de l’Ukraine.

Les commentaires de Blinken sont intervenus après que l’ancien président russe Dmitri Medvedev a mis en garde l’OTAN contre la fourniture à l’Ukraine de systèmes de défense antimissile Patriot.

Kyiv a demandé à ses partenaires occidentaux des défenses aériennes, y compris des systèmes Patriot fabriqués aux États-Unis, pour le protéger des attaques russes sur son infrastructure énergétique.

Le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, a confirmé que la livraison de systèmes sophistiqués de missiles sol-air était envisagée par certains alliés.

2. Plusieurs morts dans des incendies après les dernières frappes russes – responsables ukrainiens

Plusieurs personnes ont été tuées par des incendies après des frappes russes sur l’infrastructure électrique de l’Ukraine, selon les autorités.

Le service d’urgence de l’État ukrainien a déclaré qu’il y avait eu plus de 130 incendies au cours des dernières 24 heures, de nombreuses personnes ayant eu recours à des générateurs d’urgence et à des bouteilles de gaz.

Les coupures de courant ont entraîné une recrudescence des accidents « en raison de la violation des règles de sécurité incendie », a indiqué le service.

Neuf personnes seraient à ce jour décédées, et au moins huit autres blessées.

Des responsables ukrainiens ont également signalé la mort de deux personnes après que des obus russes ont touché un hôpital dans la région nord de Soumy et un immeuble résidentiel dans la ville méridionale de Kherson.

Cinq civils ukrainiens ont été tués par les forces russes mardi, selon un haut responsable du gouvernement.

Les forces russes se sont retirées de Kherson au début du mois, mais se sont enfoncées sur la rive est du fleuve Dnipro et ont continué à effectuer des frappes de missiles dans la région.

De nombreux soldats russes se sont déplacés de Kherson vers la région orientale de Donetsk, où Moscou affirme avoir capturé deux villages ukrainiens près de Bakhmut.

La ville – qui a été partiellement détruite par des tirs de missiles – reste sous le contrôle de Kyiv au milieu d’intenses combats.

L’Institut américain pour l’étude de la guerre affirme que les avancées russes dans la région de Donetsk sont « marginales ».

Pendant ce temps, le gouverneur de la région russe de Briansk a signalé qu’un dépôt de carburant était en feu.

L’incendie s’est déclaré à environ 150 kilomètres de la frontière avec l’Ukraine. Aucune victime n’a été signalée jusqu’à présent.

« Des équipes de pompiers et de secouristes sont sur place », a écrit le gouverneur Alexander Bogomaz sur Telegram.

Des obus ukrainiens ont déjà frappé des dépôts pétroliers russes dans la région, provoquant d’importantes coupures de courant.

3. Un ingénieur ukrainien nommé nouveau directeur de l’usine de Zaporizhzhia

L’ingénieur en chef de la centrale nucléaire de Zaporizhzhia a accepté de devenir le nouveau directeur du site.

L’Ukrainien Yuri Chernichuk a déclaré que c’était la « seule décision possible et correcte » de gérer la plus grande installation nucléaire d’Europe, qui ne produit pas d’électricité mais est toujours gérée par son personnel ukrainien pour assurer sa sécurité.

Sa nomination a été confirmée par Rosenergoatom, l’opérateur nucléaire russe de la centrale.

Le site de Zaporizhzhia est occupé par les forces russes depuis mars, alors que la région est l’une des quatre que Moscou a annexées en septembre.

Moscou a déclaré en octobre qu’il plaçait l’usine sous contrôle russe, une décision que le gouvernement ukrainien qualifie d’illégale.

L’Ukraine et la Russie se sont mutuellement accusées d’avoir bombardé près de l’installation, faisant craindre une catastrophe nucléaire.

L’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) de l’ONU a condamné à plusieurs reprises les tirs de missiles « inacceptables » près de la centrale.

« Nous avons fait et faisons le possible et l’impossible pour que le monde ne connaisse pas de nouvelles [accidents] Fukushima et Tchernobyl », a déclaré Chernichuk dans le communiqué.

Selon Kyiv, la Russie a positionné 500 soldats à l’usine de Zaporizhzhia.

L’Ukraine a également accusé les autorités russes de enlevant l’ancien directeur de l’établissement, Ihor Murashov, avant de le libérer.

4. L’UE propose un tribunal soutenu par l’ONU pour enquêter sur les crimes de guerre russes

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a suggéré de créer un tribunal spécialisé soutenu par l’ONU pour enquêter sur d’éventuels crimes de guerre commis par la Russie en Ukraine.

von der Leyen a déclaré mercredi que le bloc continuerait également à soutenir le travail de la Cour pénale internationale (CPI).

L’Ukraine a fait pression pour la création d’un tribunal spécial chargé de poursuivre les dirigeants militaires et politiques russes. Moscou a toujours nié les allégations de crimes de guerre.

La CPI, basée à La Haye, a déjà lancé des enquêtes sur des crimes de guerre présumés en Ukraine, mais elle n’a pas le pouvoir de poursuivre.

Von der Leyen a également déclaré que l’UE souhaitait utiliser des actifs russes gelés pour réparer des dommages estimés à 600 milliards d’euros en Ukraine.

Le bloc a actuellement sanctionné environ 300 milliards d’euros de réserves de la banque centrale russe et 19 milliards d’euros d’argent des oligarques russes.

De nombreux avoirs de citoyens russes figurant sur la liste noire sont difficiles à saisir, voire à geler, car ils sont enregistrés à l’étranger auprès de membres de leur famille.

« Nous travaillerons sur un accord international avec nos partenaires pour rendre cela possible. Et ensemble, nous pouvons trouver des moyens légaux d’y parvenir », a déclaré mercredi von der Leyen.

L’UE a déclaré que les restrictions sur les actifs russes pourraient être levées si un accord de paix entre l’Ukraine et la Russie réglait la question de la réparation des dommages.

5. Les inquiétudes grandissent quant à l’influence russe sur les voisins

Lors de la réunion de mercredi en Roumanie, les diplomates de l’OTAN se sont également concentrés sur l’influence de la Russie sur ses voisins et dans les Balkans occidentaux.

Les ministres des Affaires étrangères de Bosnie, de Géorgie et de Moldavie ont rencontré leurs homologues de l’OTAN pour discuter des moyens par lesquels l’alliance pourrait être en mesure de les soutenir dans l’incertitude politique, énergétique et territoriale.

Le ministre néerlandais des Affaires étrangères, Wopke Hoekstra, a déclaré que la réunion visait à assurer « plus de sûreté et de sécurité sur le continent européen ».

« C’est un signal sur l’importance de créer la stabilité non seulement pour les pays de l’OTAN eux-mêmes mais aussi au-delà », a-t-il ajouté.

La Bosnie a été témoin d’un certain nombre de manifestations récentes à la suite des élections régionales remportées par le dirigeant serbe bosniaque pro-russe.

La ministre bosniaque des Affaires étrangères, Bisera Turkovic, a déclaré que son pays « est très préoccupé par l’avenir ».

« Nous avons des mandataires russes dans notre gouvernement et la division dans notre pays est profonde », a-t-elle déclaré.

L’OTAN a promis à la Géorgie que, comme l’Ukraine, elle rejoindrait un jour l’alliance des 30 nations, bien qu’une région séparatiste géorgienne ait menacé cette année d’organiser un référendum sur l’adhésion à la Russie.

La guerre de la Russie en Ukraine a eu un impact sur la Moldavie, qui est actuellement confrontée à une grave crise énergétique en raison de sa dépendance à l’énergie russe.

Ces dernières semaines, la Moldavie a subi des coupures de courant massives après les frappes russes sur le réseau énergétique ukrainien. Des explosions ont également eu lieu dans la région séparatiste de Transnistrie, soutenue par la Russie, où Moscou base environ 1 500 soldats.

Les membres de l’OTAN ont précédemment appelé l’alliance à veiller à ce que la Russie ne puisse pas déstabiliser d’autres pays et « dicter des options de sécurité ».

« La stabilité dans les Balkans occidentaux est importante pour la paix. Nous devons arrêter les Russes dans les Balkans occidentaux, nous avons besoin de plus d’Europe », a déclaré le ministre italien des Affaires étrangères Antonio Tajani.

« Nous devons protéger tous les pays des Balkans occidentaux et proches de l’Ukraine car il est important en ce moment de travailler ensemble. L’unité est importante et c’est un message fort adressé à la Russie. »

6. Le conseil d’Odessa vote pour retirer la statue de Catherine la Grande

Les autorités du port ukrainien d’Odessa sur la mer Noire ont voté le retrait d’une statue de l’impératrice Catherine la Grande de Russie.

Le monument au fondateur de la ville sera déplacé, a annoncé mercredi le conseil municipal d’Odessa.

La statue domine une place centrale mais a été vandalisée à plusieurs reprises avec de la peinture rouge après l’invasion russe.

Une petite majorité d’habitants d’Odessa avait déjà voté lors d’un sondage en ligne pour retirer le monument.

Catherine la Grande – qui a été impératrice de Russie de 1762 à 1796 – a fondé Odessa à la fin du XVIIIe siècle et la ville est devenue un point stratégique pour l’ex-Union soviétique.

La statue de l’impératrice avait déjà été démantelée en 1920 sous la domination soviétique, mais a été restaurée par les autorités ukrainiennes en 2007.

Depuis l’invasion de Moscou, les autorités ukrainiennes ont supprimé des monuments et renommé certaines rues liées à la Russie.

Les législateurs locaux d’Odessa avaient également voté pour supprimer et déplacer un monument à un général russe du XVIIIe siècle, Alexander Suvorov.

[ad_2]

euronews en2fr eurb

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page