Skip to content
Hall of Fame : une bague symbolique pour Roberto Luongo


Luongo a été fidèle à lui-même lors de la cérémonie : humble et drôle.

• Lisez aussi : « Je ne serais pas là sans mes parents » – Roberto Luongo

• Lisez aussi : Roberto Luongo a suivi les traces de Martin Brodeur

• Lisez aussi : Roberto Luongo : une brillante carrière qui a failli ne pas voir le jour

« Roberto, tu as passé 11 saisons avec les Panthers de la Floride, mais ce que les partisans retiendront, ce sont tes huit saisons avec les Canucks de Vancouver et ta médaille d’or aux Jeux olympiques de 2010. Si tu avais la chance de représenter une équipe au Temple, qu’est-ce que ça donnerait ? être ? », a demandé l’hôte.


Hall of Fame : une bague symbolique pour Roberto Luongo

Photo : AFP

Daniel Sedin, Roberto Luongo, Bernice Carnergie (au nom de feu son père, Herb) et Daniel Alfredsson ont reçu leurs bagues du Temple de la renommée du hockey vendredi.

« Je représenterais Équipe Canada! Luongo a répondu du tac au tac.

L’auteur de 489 victoires au cours de sa carrière a poursuivi dans la même veine en racontant le jour où il a reçu l’appel confirmant son intronisation.

« J’étais au travail. Quelqu’un m’a dit un jour que le Temple passe ses appels vers midi. J’avais atteint mon troisième verre de scotch quand le téléphone a sonné vers 14 heures, expliqua-t-il avec un sourire. J’étais heureux et humble de recevoir cet honneur. .

« La première personne que j’ai appelée était ma femme. Elle était aussi excitée que le reste de ma famille. »


Hall of Fame : une bague symbolique pour Roberto Luongo

Il l’ajouta quelques minutes plus tard.

« Ce ring me rend fier de la longévité de ma carrière et du haut niveau que j’ai pu jouer. J’ai essayé de m’améliorer tout au long de ma carrière. »


Hall of Fame : une bague symbolique pour Roberto Luongo

Des médailles qui ont du poids

Malgré sa brillante carrière dans la LNH, Luongo n’a pas remporté la Coupe Stanley. Il s’est rapproché en 2011 avec les Canucks.

Pour de nombreux observateurs, il s’agit d’un critère important pour une place au Hall of Fame. Cependant, il ne faut pas oublier les médailles olympiques.

Le gardien de Saint-Léonard a deux médailles d’or à son actif. Ceux des Jeux de Vancouver (2010) et de Sotchi (2014). Ils ont sûrement donné du poids à sa candidature.

« C’est particulièrement important pour moi parce que je n’ai rien gagné d’autre », a déclaré Luongo. Vancouver est le meilleur moment de ma carrière en raison de l’endroit et de la façon dont nous l’avons gagné. Il y avait tellement de pression sur nos épaules. Nous avons pu terminer le travail. »


Hall of Fame : une bague symbolique pour Roberto Luongo

Un oiseau rare

Le Québécois est l’un des trois seuls gardiens de l’histoire à avoir disputé plus de 1 000 matchs en carrière. Son compteur s’est arrêté à 1044. Les deux autres sont Martin Brodeur (1266) et Patrick Roy (1029).

C’est tout un tour de force que les trois gardiens de la Belle Province ont réussi avec les nombreux départs et déplacements.

« À la fin de ma carrière, il m’était difficile de rester en bonne santé à cause du nombre de matchs que j’avais joués plus tôt dans ma carrière », a expliqué Luongo. Au fil des années, le poste de gardien de but est de plus en plus difficile à jouer.

« Aujourd’hui, avec l’évolution de la ligue, j’aurais du mal à imaginer voir un gardien jouer plus de 70 matchs dans une saison. »



journaldemontreal-local

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.