Skip to content
il faut dire « non » aux rôles de femmes objets pour en finir avec les « codes machistes »

[ad_1]

Récompensée par le Prix Donostia au Festival de San Sebastián, l’actrice de 58 ans dit refuser les films dans lesquels elle est la femme de quelqu’un.

Les actrices doivent apprendre à dire « non » aux rôles qui transforment les femmes en objets, a déclaré dimanche l’actrice française oscarisée Juliette Binoche au festival du film de San Sebastian où elle a reçu un prix pour sa carrière d’actrice.

« Il faut aussi savoir dire non aux choses pour ne pas être dans une sorte de système où on vous voit comme ça »a déclaré Juliette Binoche, l’une des actrices françaises les plus reconnues.

Quand on lui a proposé des rôles où elle était « la femme de quelqu’un, ou objectivée en tant que femme »elle dit qu’elle les a refusés. « J’ai juste dit non parce que je n’étais pas intéressé »a déclaré aux journalistes l’actrice de 58 ans, avouant qu’elle s’est sentie « très chanceuse » d’avoir joué autant de rôles intéressants tout au long de sa carrière.

« Ce n’est pas toujours facile mais il faut aussi savoir sauter dans l’inconnu où l’on n’est plus dans les codes machos »a poursuivi Juliette Binoche, dont le rôle dans Le patient anglais (1996) lui a valu l’Oscar de la meilleure actrice dans un second rôle.

Juliette Binoche, qui a joué quelque 75 rôles différents depuis ses débuts sur grand écran en 1983, dit qu’elle essaie de « ne jamais juger un rôle, mais l’embrasser avec toutes ses contradictions, toutes ses ténèbres et pour ce qui finalement le rend humain ».

Le festival lui a décerné, ainsi qu’au réalisateur canadien David Cronenberg, un prix honorifique Donostia dimanche soir en reconnaissance de leurs carrières respectives. Parmi les anciens récipiendaires du Donostia Award – la plus haute distinction du festival – figurent les acteurs Meryl Streep, Richard Gere, Ian McKellen et Robert De Niro. Les récompenses de l’année dernière ont été décernées à l’actrice française Marion Cotillard et à la star hollywoodienne Johnny Depp.

VOIR ÉGALEMENT – Olivier Delcroix : « A bout de souffle, c’est un vent de modernité qui souffle sur le cinéma »

[ad_2]

lefigaro – divertissement

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.