Entreprise

« Il y a un risque de crise de la retraite », selon le PDG du Fonds de solidarité FTQ

[ad_1]

«Il y a un risque de crise de la retraite», a prévenu la PDG du Fonds de solidarité FTQ, Janie C. Béïque, devant le Cercle canadien, lundi midi, à Montréal.

• Lisez aussi : Le Fonds de solidarité FTQ investit dans l’environnement numérique de travail

• Lisez aussi : Bouclin perd le soutien de plusieurs partenaires

« La flambée du coût de la vie rend déjà l’effort d’épargne plus difficile. Nous devons tous continuer à travailler dans le même sens pour soutenir les travailleurs », a déclaré Janie C. Béïque, directrice générale du Fonds de solidarité FTQ.

«Près de 6 travailleurs québécois sur 10 n’ont pas accès à un régime de retraite», a-t-elle ajouté.

« Bombe à retardement sociale »

Près de la moitié des aînés du Québec vivent sous le seuil de revenu viable, selon un indicateur de l’Institut de recherche et d’information socioéconomiques (IRIS) publié lundi.

« Un aîné québécois a un revenu moyen de 9 000 $ par année de moins que son voisin ontarien. 40 000 $ contre 49 000 $ », a déclaré Janie C. Béïque.

Dans son allocution, Mme Béïque a précisé que plus de 39 % des aînés du Québec reçoivent le Supplément de revenu garanti.

« Moi, je refuse que les gens travaillent si dur, pour arriver avec si peu à leur retraite », a-t-elle lancé.

« Des milliers de travailleurs qui n’épargnent pas suffisamment dans une société qui vieillit rapidement constituent une bombe à retardement sociale et financière », a-t-elle conclu.



[ad_2]

journaldemontreal-borsa

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page