Skip to content
immigration, pauvreté… Les espoirs déçus de la départementalisation


Des manifestants, abrités derrière des poubelles, lancent des pierres sur les forces de l’ordre le 1er novembre dans le quartier Kaweni de Mamoudzou. Mayotte Hebdo/ABACAPRESS.COM

DÉCRYPTAGE – Une décennie plus tard, la joie des habitants de l’archipel de l’océan Indien a fait place à la colère.

« Sécurité », « égalité » et ancrage en France vis-à-vis des Comores voisines… L’accession de Mayotte au statut de département, en 2011, a soulevé les espoirs de ses habitants, français depuis 1841. Avec l’aide décisive de Nicolas Sarkozy, qui entendait à l’époque « tenir la promesse faite aux mahorais ».

Une décennie plus tard, le bonheur des Mahorais a fait place à la colère. Les habitants de l’archipel de l’océan Indien vivent dans une situation explosive, comme le montre la vague de violence de ces derniers jours. Affrontements à la machette entre jeunes de quartiers rivaux, pauvreté record, écoles et hôpitaux saturés face à l’explosion démographique, coupures d’eau et d’électricité récurrentes… Plongés dans un état d’urgence permanent, les enfants des « chatouilleurs » – du nom les militants historiques du « département de Mayotte » – ont perdu leurs illusions.

Malgré les retards du « rattrapage » économique et social annoncé, la départementalisation a conforté l’archipel comme pôle d’attraction…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 64% à découvrir.

Vendredi noir

-70% sur l’abonnement numérique

Déjà inscrit? Connexion

lefigaro -Politics

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.