Skip to content
« J’ai confiance en l’avenir du cinéma »

[ad_1]

« Je trouve que le cinéma français continue d’appartenir à ses auteurs », souligne André Dussollier. THOMAS NIEDERMUELLER/Getty Images via AFP

MAINTENANCE – L’acteur préside le jury de la quinzième édition du Festival du film francophone d’Angoulême qui s’ouvre ce mardi.

Dès le début de la conversation, André Dussollier s’excuse abondamment pour son petit retard. « Je ne sais pas où me mettre, il a dit. Je suis allé faire un tour à vélo… Et je me suis perdu ! On dirait du cinéma. Et on imagine sans peine ce monstre sacré du cinéma français, 76 ressorts au compteur, le nez au vent, sur une petite route de campagne ensoleillée. Bien sûr, le revers était minime. Et l’acteur mythique des films de Truffaut, Rohmer, Resnais, Chatiliez, Coline Serreau ou François Ozon est bel et bien présent à Angoulême aujourd’hui pour lancer le 15e édition du Festival du film francophone. Alors qu’il incarne Clemenceau dans le film de Jean-Marc Peyrefitte Le tigre et le président (en salles le 7 septembre), le président du jury aura la lourde tâche d’établir un palmarès à son image : élégant, bienveillant, prévoyant… et pétillant d’humour.

LE FIGARO. – Qu’est-ce qui vous a poussé à accepter d’être président du jury du 15e Festival du film francophone d’Angoulême ?

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 88% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 0,99 € le premier mois

Déjà inscrit? Connexion

[ad_2]

lefigaro – divertissement

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.