Divertissement

Janie Samet, plume mythique des pages mode du Figaro, est décédée

[ad_1]

Janie Samet avec Gianni Versace, en 1992, sur le lac de Côme. LE FIGARO

DISPARITION – Pendant un demi-siècle, elle a été de tous les défilés, sa carrière de confectionneuse et de défaiseuse d’articles. Installée dans le sud de la France depuis quelques années, elle s’est éteinte ce matin à 91 ans.

« Tout ce que j’ai vécu, je l’ai écrit, elle résumait lors de la sortie de ses mémoires, en 2007. Ma vie était mon journal. Cassé à « vivre sans vertige, sans se poser de questions et bien au dessus de ses moyens, dans le luxe des gens célèbres », Janie Samet, qui a passé vingt-cinq ans à écrire dans les pages de style du Figaro, a sauté « d’un avion à l’autre, d’une tenue de soirée à l’autre… »assis au premier rang des défilés, où rien n’échappait à son regard, ni à sa plume.

Alors qu’elle n’est que stagiaire à L’Écho d’Oran, elle rencontre un jeune créateur de 18 ans lors d’un concours organisé par le Secrétariat international de la laine. Son nom? Yves Saint Laurent. Elle est la première à l’interviewer. « Il remporte le premier prix avec l’esquisse d’une petite robe de soirée qui sera réalisée dans les ateliers d’Hubert de Givenchydit-elle en 2014. En fait un non-événement pour Paris, mais notre jeune homme étant originaire d’Oran, L’Écho d’Oran a envoyé le stagiaire que j’étais dans ce journal pour interviewer le futur grand homme. Deux contusions paralysées de timidité se rencontrèrent ce jour-là.Elle le suivra jusqu’à ses adieux en 2002.

Avec Hubert de Givenchy, dans son atelier. LE FIGARO

En 1957, elle rejoint Aube. Elle a créé la rubrique « Bons sissages de Londres de Janie Samet », où elle raconte ce qu’elle observe de la «échangisme londres « . En 1979, elle rejoint Le Figaro dans la rubrique mode, en tant que rédactrice en chef adjointe. Sa chronique « Le regard de Janie Samet » voit le jour la même année. Elle a inventé la critique de mode telle que nous la connaissons aujourd’hui. » La couture y est mon champ de bataille permanent avec des attaques plus serrées quatre fois par an lors des collections dont nous sommes le seul quotidien français à rendre compte au quotidien. Pas un défilé n’a commencé sans elle.

Sa plume, sincère et acérée, a fait des pages du Figaro un lieu de rencontre pour les grands patrons, les créateurs de mode et, bien sûr, les lecteurs, amateurs ou connaisseurs. Elle y révèle de nombreux talents : Jean Paul Gaultier, Thierry Mugler et Christian Lacroix, qui débute chez Patou avant de créer sa propre griffe. En 1987, ultime consécration, elle reçoit un Oscar de la mode, celui de la meilleure journaliste quotidienne française ou étrangère. Le seul jamais récompensé. » Parce qu’il raconte des événements de mode, des fêtes et des bals avec joie et familiarité à nos lecteurs, il s’appelle ‘le champagne du Figaro’, lisons-nous ensuite dans nos colonnes. Janie Samet a la blondeur et l’éclat au coin des yeux. Mais c’est l’acuité professionnelle de son regard qui vient d’être récompensée par l’Oscar du meilleur journaliste quotidien, décerné lors de la soirée à l’Opéra organisée mercredi soir par la Chambre Syndicale de la Haute Couture..”

En 2007, elle reçoit des mains de Pierre Cardin l’insigne d’officier de l’Ordre des Arts et des Lettres LE FIGARO

En 2004, elle quitte son poste. Sans s’arrêter d’écrire : deux ans plus tard, elle publie ses mémoires, » Chère Haute-Couture », 300 pages où elle se remémore ses rencontres avec Gianni Versace, Karl Lagerfeld, Yves Saint Laurent bien sûr, et tant d’autres. En 2007, elle reçoit des mains de Pierre Cardin l’insigne d’officier de l’Ordre des Arts et des Lettres. Il y a quelques années, celui qui avait fait le tour du monde s’était installé à Cannes. Elle est décédée ce matin à l’âge de 91 ans.

[ad_2]

lefigaro – divertissement

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page