Skip to content
Jean-Jacques Beineix, l’amertume au soleil

 |  Derniers titres de l’actualité

Mises à jour de dernière minute Actualités d’aujourd’hui

PORTRAIT – Mélancolique, prompt à l’autocritique, le cinéaste de 73 ans fait un pas de plus vers la littérature. il vient de publier Luge, un premier roman sensible.

Te souviens-tu de cette étrange berceuse, manège mélancolique, qui s’ouvre 37°2 le matin ? Bientôt la petite maison en bois apparaît et, devant elle, sur la mer, un soleil bas mais éclatant. En écoutant Jean-Jacques Beineix, on se dit qu’il ressemble à ces images, d’une beauté un peu triste. Pas sûr que le réalisateur appréciera cette comparaison. Il vient de publier son premier roman, Luge (Michel Lafon) et n’a qu’une crainte : être toujours réduit au 7e art. N’être perçu que comme un cinéaste qui se serait donné la peine d’écrire.

Mais ces presque 400 pages dégagent un parfum qui leur est propre. La triste histoire d’un homme qui lutte pour prendre soin de son amour. Il en fait une maladie. Effondré, il ne reste plus qu’à se souvenir du bonheur passé. Comme son inventeur, ce personnage est un cinéaste qui a arrêté de filmer. Jean-Jacques Beineix, dont le dernier film remonte à 2001, avec Transfert mortel, assure cependant qu’il n’y a pas d’autofiction ici, pas plus que dans n’importe quel…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 75% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà inscrit? Connexion


Nouvelles locales Nouvelles du monde

lefigaro – divertissement

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.