Skip to content
Jeux olympiques d’hiver : votre pays est-il en train de boycotter diplomatiquement le bilan de la Chine en matière de droits de l’homme ?
 | Nouvelles locales

Mises à jour de dernière minute Titres d’aujourd’hui

Plusieurs pays ont annoncé des boycotts diplomatiques des Jeux olympiques d’hiver de 2022 en Chine en raison du bilan de Pékin en matière de droits de l’homme.

La Chine, qui accueillera les deux événements d’une semaine à partir du 4 février, a critiqué les pays boycotteurs pour avoir violé la neutralité politique requise dans l’esprit de la Charte olympique.

En substance, les boycotts diplomatiques ne changeront rien pour les athlètes et les téléspectateurs. Leur objectif est davantage de blesser la fierté des pays hôtes tels que la Chine, qui associent souvent le sport et la politique à leurs motivations pour organiser des événements aussi importants que les Jeux olympiques ou la Coupe du monde de football.

Voici un tour d’horizon des pays pratiquant un boycott diplomatique.

L’Europe 

Lituanie

Le petit État balte membre de l’Union européenne a été le premier pays au monde à annoncer un boycott diplomatique des Jeux olympiques d’hiver.

Le président Gitanas Nauseda a confirmé que ni lui ni aucun ministre du gouvernement ne seraient aux Jeux le 3 décembre.

La Lituanie et la Chine sont mêlées à une querelle diplomatique depuis l’été où Vilnius a autorisé Taïwan à ouvrir un bureau de représentation dans le pays en utilisant « Taiwan » au lieu de « Chinese Taipei ».

Belgique

« Le gouvernement fédéral n’enverra pas de représentation aux Jeux », a confirmé le Premier ministre belge Alexander De Croo aux parlementaires le 18 décembre.

Danemark

Le Danemark a déclaré qu’il n’enverrait pas de représentation diplomatique aux Jeux olympiques le 14 janvier en raison de la situation des droits de l’homme en Chine.

Le reste de l’UE

Bien qu’interrogés à plusieurs reprises, plusieurs États membres n’ont pas encore pris de décision, arguant qu’ils espèrent trouver une position commune de l’UE.

Le gouvernement français a envoyé des signaux mitigés. Le ministre de l’éducation, de la jeunesse et des sports a déclaré aux médias que certains hauts responsables seraient présents car « le sport est un monde en soi qui doit être préservé autant que possible des ingérences politiques » tandis que le ministre des affaires étrangères a déclaré que Paris est « en faveur d’une position commune ». et que « cette question doit être traitée en tant qu’Europe ».

L’Allemagne a fait écho à cette dernière, arguant que la décision devrait être prise « en harmonie avec nos amis européens ».

Plusieurs dirigeants ont cependant émis des doutes sur la capacité du bloc à parvenir à une décision commune et sur l’utilité d’un boycott, comme le Premier ministre luxembourgeois Jean Asselborn qui a déclaré que « les Jeux Olympiques sont toujours politiques, il n’y a pas de Jeux Olympiques politiquement neutres ».

« En tant que citoyen européen, je me demande s’il est juste d’envoyer des athlètes en Chine et de faire regarder les dirigeants politiques à la télévision », a-t-il ajouté.

Le chancelier autrichien Alexander Schallenberg a lui aussi semblé dubitatif face à une « politisation artificielle des Jeux olympiques ».

La Suède a quant à elle déclaré que la représentation n’assisterait pas aux jeux en raison de la pandémie de COVID-19.

Royaume-Uni

Le Premier ministre Boris Johnson a déclaré début décembre qu' »il y aura effectivement un boycott diplomatique des Jeux olympiques d’hiver à Pékin » car aucun haut responsable britannique n’y assistera.

« Le gouvernement n’hésite pas à soulever ces questions avec la Chine, comme je l’ai fait avec le président Xi la dernière fois que je lui ai parlé », a-t-il ajouté.

Amériques

États-Unis

Washington a annoncé son boycott diplomatique le 6 décembre.

L’attachée de presse de la Maison Blanche, Jen Psaki, a déclaré que la décision avait été prise sur « le génocide et les crimes contre l’humanité en cours de la RPC au Xinjiang et d’autres violations des droits de l’homme ».

« Les athlètes de l’équipe américaine ont tout notre soutien. Nous serons derrière eux à 100 % alors que nous les encourageons depuis chez nous, mais nous ne contribuerons pas à la fanfare des Jeux », a-t-elle ajouté.

Canada

Deux jours après l’annonce de Washington, Ottawa a emboîté le pas avec le premier ministre Justin Trudeau écrire sur Twitter que « le Canada demeure profondément troublé par les informations faisant état de violations des droits de la personne en Chine ».

« En conséquence, nous n’enverrons pas de représentants diplomatiques à Pékin pour les Jeux Olympiques et Paralympiques d’hiver. Nous continuerons à soutenir nos athlètes qui travaillent dur pour concourir sur la scène mondiale », a-t-il ajouté.

Asie

Japon

Tokyo a annoncé qu’il n’enverrait pas de délégation de ministres le 24 décembre, bien qu’il ait choisi de ne pas appeler cela un boycott diplomatique, le secrétaire en chef du Cabinet Hirokazu Matsuno déclarant aux journalistes : « Nous n’utilisons pas de terme particulier pour décrire comment nous y assistons ».

Le Premier ministre japonais Fumio Kishida a fait des droits de l’homme un élément clé de sa diplomatie et a créé un poste consultatif spécial pour s’attaquer à la question et a déclaré qu’il espérait établir une relation constructive avec la Chine.

« Le Japon estime qu’il est important pour la Chine de garantir les valeurs universelles de liberté, de respect des droits humains fondamentaux et d’État de droit, qui sont des valeurs universelles au sein de la communauté internationale », a déclaré Matsuno. Le Japon a pris ces points en considération pour prendre sa propre décision, a-t-il ajouté.

Océanie

Les deux Australie et Nouvelle-Zélande ont rejoint le mouvement avec Canberra en disant que c’était « la bonne chose à faire » et dans « l’intérêt national » de l’Australie.

Les autorités néo-zélandaises ont cependant souligné qu' »il y avait une série de facteurs, mais principalement liés au COVID, et le fait que la logistique des voyages et ainsi de suite autour du COVID n’est pas propice à ce type de voyage ».




Nouvelles locales Nouvelles des États-Unis

euronews en2fr eurb

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.