Skip to content
La Chine étend les blocages alors que les cas de COVID-19 atteignent un record quotidien


La Commission nationale chinoise de la santé a signalé jeudi 31 444 infections au COVID-19, le chiffre quotidien le plus élevé enregistré depuis la première détection du coronavirus à Wuhan fin 2019.

Alors que la Chine a un taux de vaccination global de plus de 92 % et applique toujours une politique de tolérance zéro, le taux d’infection ne montre aucun signe de ralentissement.

« Le nombre de nouvelles infections continue d’augmenter. Depuis novembre, 1 253 000 cas d’infection ont été signalés dans tout le pays », a déclaré Hu Xiang, inspecteur du Département des maladies infectieuses du Bureau national de contrôle et de prévention des maladies.

« Au cours de la semaine dernière, une moyenne de 22 200 cas ont été signalés chaque jour, soit le double du nombre de la semaine précédente », a-t-il ajouté.

Les cas et les décès sont relativement faibles en Chine par rapport aux États-Unis, en Inde ou en France, mais le gouvernement reste fidèle à sa politique zéro covid.

Le Parti communiste a annoncé une nouvelle vague de confinements dans le but de contenir la propagation du virus. Des millions de personnes en Chine sont à nouveau en quarantaine collective.

À Pékin, des travailleurs en tenue de protection ont installé des barrières métalliques dans certains quartiers où des cas de coronavirus ont été détectés.

Les gens ne peuvent sortir que pour acheter de la nourriture ou recevoir des soins médicaux et pour ce faire, ils doivent scanner leur code QR de santé.

Pékin a ouvert cette semaine un hôpital dans un centre d’exposition et suspendu l’accès à l’Université des études internationales de Pékin après qu’un cas y ait été découvert.

La capitale a précédemment fermé des centres commerciaux et des immeubles de bureaux et suspendu l’accès à certains complexes d’appartements.

Dans la ville industrielle de Zhengzhou, 6,6 millions d’habitants ont reçu l’ordre de rester à l’intérieur pendant 5 jours jusqu’à ce que les cas de COVID-19 disparaissent.

Le parti tente de contenir la dernière vague d’épidémies sans fermer les usines et le reste de son économie comme il l’a fait au début de 2020.

Ses tactiques incluent la « gestion en boucle fermée », selon laquelle les travailleurs vivent dans leurs usines sans contact extérieur.

Alors que les autorités ont raccourci les périodes de quarantaine et se sont engagées à améliorer les protocoles COVID-19 pour faciliter les déplacements, certains habitants affirment que les restrictions strictes du pays vont au-delà de ce que le gouvernement national autorise.

Cela survient alors que les ouvriers de Foxconn, la plus grande usine de smartphones au monde, se sont affrontés avec la police plus tôt cette semaine au milieu de rapports faisant état de bas salaires et de conditions de travail et de vie dangereuses à l’usine de Zhengzhou.

L’établissement d’environ 200 000 travailleurs a été scellé plus tôt ce mois-ci à la suite d’une vague d’infections sur place.

Certains membres du personnel Covid-négatifs ont affirmé avoir été contraints de travailler aux côtés de collègues qui avaient été testés positifs mais n’avaient pas été mis en quarantaine. Les travailleurs demandent maintenant aux propriétaires de payer les salaires et les primes impayés.

Le géant de la technologie Apple, l’un des principaux partenaires de Foxconn, a maintenant averti qu’il s’attend à recevoir une baisse des expéditions de modèles d’iPhone et qu’il aura du mal à reprendre la pleine production d’ici la fin novembre.

euronews en2fr eurb

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.