Skip to content
la défense bleue déjà au rendez-vous, la Croatie craque nerveusement

 | Nouvelles locales

Titres d’aujourd’hui Nouvelles de renard

Des Bleus déjà au rendez-vous défensivement, un Dika Mem en mode MVP, des Croates qui perdent le contrôle… Retrouvez les hauts et les bas de la rédaction après la victoire de la France sur la Croatie (27-22) à l’Euro.

HAUTS

Karl Konan et la défense sont présents

Très attendu en raison de l’absence de Luka Karabatic sur blessure, Karl Konan n’a pas raté ses débuts dans une grande compétition internationale. A 26 ans, le joueur du Pays d’Aix, spécialiste défensif reconnu dans le championnat de France, a démontré qu’il avait le niveau international. Comme un vieil homme, il a su ne pas tirer de penalty pendant deux minutes, malgré la puissance du pivot croate Sipic. Et derrière, Vincent Gérard a mis derrière lui le drame familial qui le frappait en préparation pour se plonger dans une compétition qui n’effacera rien pour lui, mais qui, à chaque défilé, lui permet de penser à autre chose. Et défilés, le dernier rempart a fait beaucoup ce jeudi soir (14 à 41%).

Dika Mem bien développé

L’homme du début de la période. Qu’il soit premier ou deuxième, l’arrière droit barcelonais a, à chaque fois, su mettre ses partenaires sur la bonne voie. En laissant parfois une impression de fluidité et d’aisance déconcertante. Surtout pour la défense dalmate, difficile de trouver une solution aux inspirations françaises. Au final, ce dernier mérite amplement son titre de joueur du match avec son 6 sur 7 au tir.

Ailiers efficaces

Fort de la dynamique de ses magnifiques JO de Tokyo l’été dernier, Hugo Descat assume pleinement son statut de titulaire sur l’aile gauche après le départ à la retraite de Michaël Guigou. Et à droite, entre l’abandon de Luc Abalo et le retour in extremis de Valentin Porte après son test Covid positif, Yannis Lenne et Benoit Kounkoud ont pris leurs responsabilités, le premier inscrivant même un but exceptionnel en début de match. Même s’ils devront désormais confirmer, les ailiers français ont rassuré face à la Croatie et démontré que même sans ses deux Experts à la retraite, le poste restait bien pourvu.

FLOPS

Un banc français à l’intérieur

Si la France n’a pas pu mieux se démarquer en première période et laisser la Croatie revenir à deux longueurs (13-11), c’est sans doute à cause des difficultés rencontrées par certains. Notamment le tandem Nicolas Tournat-Romain Lagarde, co-auteur d’un 0 sur 3 au tir et de deux pertes de balle lors du premier acte. Une performance décevante de la part de deux joueurs qui ont désormais une expérience internationale incontestable et qui ont déjà prouvé par le passé leur capacité à proposer des rotations intéressantes à Guillaume Gille. Ce qui n’était pas le cas ce jeudi. Cela vaut également pour un Melvyn Richardson très discret. Pour aller loin, la France aura besoin de ses trois atouts sur le banc.

Craquement croate

Bousculée en première période, et encore à la reprise, la Croatie avait su faire un rond retour pour rester dans le match à quinze minutes de la fin avec seulement deux longueurs de retard (21-19). Il est donc particulièrement regrettable pour eux d’avoir tout perdu en l’espace de trente secondes de panique totale. Tel un Mandic auteur d’une véritable attaque, ses poings en avant sur le visage de Kentin Mahé et logiquement expulsé. En triple infériorité numérique, ce qui est rarissime, les Croates ont encaissé deux buts et surtout n’ont pas marqué, perdant le fil de leur belle résistance. On regrette aussi les jets de bouteilles par terre, même si, en temps de Covid, il est possible de se réjouir d’un match dans une telle ambiance et avec des tribunes bien remplies. Un peu de saveur pré-pandémique, dans ses bons et ses mauvais côtés.


Meilleures nouvelles abc Nouvelles
lefigaro -sports

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.