Politique

La démangeaison anti-américaine de l’Europe – POLITICO

[ad_1]

BERLIN – Il fait froid en Europe, l’économie s’effondre et les indigènes s’agitent. Il n’y a qu’une seule réponse : Blâmer l’Amérique.

Pointer de l’autre côté de l’Atlantique est depuis longtemps une tactique de diversion préférée des élites politiques européennes lorsque les choses commencent à devenir risquées sur le continent.

Qu’il s’agisse de la guerre en Ukraine (Washington n’aurait pas dû étendre l’OTAN), des catastrophes naturelles (trop de SUV américains alimentant le changement climatique) ou de la disparition du français en tant que lingua franca (Hollywood sans culture), l’Amérique est inévitablement le coupable.

Dans le dernier épisode de cette fastidieuse tradition, les responsables européens tentent de blâmer les Américains cupides pour le funk actuel du continent, les accusant de placer le puissant dollar sur tousse baissant si bas qu’il profite même de la guerre en Ukraine.

« Le fait est que, si vous le regardez sobrement, le pays qui profite le plus de cette guerre, ce sont les États-Unis parce qu’ils vendent plus de gaz et à des prix plus élevés, et parce qu’ils vendent plus d’armes », a déclaré un haut responsable européen à mes collègues POLITICO la semaine dernière.

La sobriété, cependant, n’est pas une qualité que l’on pourrait sans risque attribuer à l’accusateur anonyme.

Laissant de côté le fait que l’Ukraine se serait effondrée il y a des mois si les États-Unis n’étaient pas intervenus, l’impact direct de la guerre de la Russie sur l’économie américaine de 26 billions de dollars provenant de la vente de gaz naturel et d’armes est une goutte dans un seau.

D’une part, les États-Unis exportent moins de 10 % de leur production de gaz naturel. En 2021, la valeur de ces exportations était d’environ 27 milliards de dollars. Alors que les Européens sont naturellement mécontents que leurs prix du gaz soient quatre fois plus élevés qu’aux États-Unis, personne ne leur a dit de se rendre dépendants du gaz russe ou d’éteindre les centrales nucléaires en parfait état de fonctionnement (en fait, Washington leur a dit pendant des années de ne pas ).

L’accusation de soi-disant profit de guerre des armes n’est pas moins creuse. Sur les quelque 30 milliards de dollars d’aide militaire que les États-Unis ont jusqu’à présent fournis à l’Ukraine, la majeure partie de l’équipement a été donnée.

Alors que les sous-traitants américains de la défense devraient bénéficier du remplacement des stocks et d’une demande d’armement plus forte parmi les alliés de l’OTAN, leurs homologues européens devraient également en bénéficier.

Pourtant, c’est là que réside le hic : les entreprises européennes devraient bénéficier autant que les Américains, mais ne le font pas. La raison principale est que l’Europe a sous-investi dans son industrie de la défense.

La décision récente de l’Allemagne d’acheter des chasseurs F-35 américains, par exemple, a été motivée par le simple fait qu’il n’y a pas d’alternative européenne. Un plan de la France, de l’Allemagne et de l’Espagne visant à développer un «futur système aérien de combat» a été élaboré en 2001, mais n’a pas encore démarré au milieu de luttes intestines persistantes.

Un chasseur américain F-35 décolle d’un porte-avions | Cpl. Francisco J. Diaz Jr./US Marine Corps via Getty Images)

La résistance politique de plusieurs États européens contre les exportations d’armes a encore freiné l’industrie de l’armement de la région.

Prenez le char de combat principal Leopard 2, fabriqué par l’allemand Krauss-Maffei et considéré par beaucoup comme le meilleur au monde. Malgré cette réputation, les Allemands ont perdu face à la Corée du Sud lorsque la Pologne, alliée de l’OTAN, a récemment commandé près de 1 000 nouveaux chars. Alors que le prix était un facteur, l’incertitude politique en était un autre, selon une personne proche de la décision, citant la décision de Berlin de bloquer la vente de véhicules de combat d’infanterie et de chars de combat déclassés à l’Ukraine.

Le principal bugaboo de l’Europe ces jours-ci en ce qui concerne les États-Unis implique un ensemble de subventions vertes introduites par l’administration Biden qui profitent aux entreprises américaines.

L’une des principales priorités du président français Emmanuel Macron lors de sa visite d’État à Washington cette semaine sera d’assouplir les dispositions de la loi sur la réduction de l’inflation (IRA) de Biden, une initiative législative de grande envergure couvrant tout, du climat à la santé. Les responsables européens le décrivent comme une réincarnation de la loi Smoot-Hawley, un catalogue de tarifs à Washington introduit en 1930 que les historiens accusent d’avoir aggravé la Grande Dépression.

Les Européens craignent que les généreuses subventions « Made in USA » sapent leur industrie et menacent une guerre commerciale.

La vérité qui dérange, cependant, est que les Européens ont du mal à faire investir leurs propres entreprises chez eux parce que les gouvernements ont mis davantage l’accent sur la subvention des factures de gaz des ménages que sur l’aide à l’industrie de la région pour surmonter la crise.

« L’Europe n’est pas compétitive en termes de coûts dans de nombreux domaines, en particulier en ce qui concerne les coûts de l’électricité et du gaz », a déclaré Thomas Schäfer, qui dirige la marque Volkswagen, dans un article sur les réseaux sociaux critiquant la politique industrielle européenne.

« Si nous ne parvenons pas à faire baisser rapidement les prix de l’énergie en Allemagne et en Europe, les investissements dans la production à forte intensité énergétique, ou dans de nouvelles usines de cellules de batterie, en Allemagne et dans l’UE ne seront plus réalisables », a-t-il déclaré.

Pourtant, demandez au quartier gouvernemental de Berlin ce qui retient vraiment l’économie allemande ces jours-ci et la réponse est claire.

« Les États-Unis mènent une politique industrielle massive avec des tendances protectionnistes », a déclaré Lars Klingbeil, co-dirigeant des sociaux-démocrates du chancelier allemand Olaf Scholz, à Die Welt la semaine dernière. « Cela ne devrait pas être que la politique économique américaine nous cible, nous Européens. »

La triste réalité est que l’administration Biden n’a probablement même pas pris en compte l’Europe lorsqu’elle a décidé des subventions.

L’Europe est devenue plus dépendante des États-Unis qu’elle ne l’a été depuis la guerre froide | Hebestreit/Bundesregierung via Getty Images

Ce seul fait devrait faire réfléchir les Européens.

Le problème n’est pas que l’Europe n’a pas d’importance pour les États-Unis, mais plutôt qu’elle n’a pas autant d’importance que les Européens voudraient le croire.

En matière d’innovation, l’Europe est un désert. Il n’y a pas d’Apple européen, de Google ou de Tesla. En effet, la valeur marchande de Tesla est quatre fois supérieure à celle de l’ensemble de l’industrie automobile allemande.

C’est pourquoi il est difficile de ne pas conclure que le jeu du blâme de l’Europe concerne vraiment autre chose : l’envie.

Malgré les divisions politiques de l’Amérique, le pays n’a jamais été aussi fort en termes de puissance militaire ou de puissance économique.

L’Europe, quant à elle, est devenue plus dépendante des États-Unis qu’elle ne l’a été depuis la guerre froide, une circonstance qui alimente à la fois le ressentiment et le jeu des reproches.

En Allemagne, un livre intitulé « Suis-je, Il est temps de partir! » (Suis-je est l’argot allemand pour les Américains) est devenu un best-seller. L’auteur est Oskar Lafontaine, un ancien ministre des Finances qui a dirigé les sociaux-démocrates avant de rompre avec le parti.

« Nous devons nous libérer de la tutelle des États-Unis », écrit Lafontaine, décrivant l’Amérique comme la racine de la plupart des maux et affirmant que l’Europe doit tracer sa propre voie.

A en juger par le siècle passé, les Européens seraient bien avisés de l’ignorer et d’accepter qu’ils n’ont qu’eux-mêmes à blâmer pour leur malaise actuel.



[ad_2]

Politico En2Fr

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page