Skip to content
La députée britannique Stella Creasy « déconcertée » par la règle interdisant son bébé du Parlement


Une députée britannique a été « déconcertée » après avoir appris qu’amener son nouveau-né au Parlement était contraire à ses règles.

Stella Creasy, du parti travailliste d’opposition, a déclaré avoir reçu une lettre des autorités de la Chambre des communes après avoir emmené son fils de trois mois à un débat.

Elle avait déjà emmené son fils et sa fille aînée au Parlement sans aucun problème, mais on lui a dit que les règles avaient changé en septembre.

« Je suis un peu déconcertée par tout cela », a-t-elle déclaré à la BBC.

« Ce n’est pas mon premier enfant et j’ai déjà pris de très petits bébés. Mon fils a 13 semaines donc je ne peux pas vraiment le laisser seul et je n’ai pas de couverture maternité.

« Si mes électeurs veulent être représentés, je dois y aller, je dois pouvoir parler, mais je ne peux pas laisser un bébé aussi petit, que je nourris en ce moment, tout seul. »

Les députés sont désormais informés qu’ils « ne devraient pas prendre place dans l’hémicycle lorsqu’ils sont accompagnés d’un enfant », selon l’e-mail que Creasy a reçu, qu’elle a publié sur Twitter.

Un certain nombre de politiciens britanniques ont appelé à une modification des règles, la députée Alex Davies-Jones écrivant sur Twitter qu’on lui avait précédemment dit que les bébés étaient autorisés à la Chambre.

Le président de la Chambre, Sir Lindsay Hoyle, a déclaré mercredi: « Il est extrêmement important que les parents de jeunes enfants puissent participer pleinement aux travaux de cette Chambre. »

« Les conseils donnés hier (…) reflètent correctement les règles actuelles », a-t-il déclaré. Bien qu’il y ait « des points de vue divergents sur cette question », il a demandé que les règles soient à nouveau examinées.

Creasy a déclaré que même si les députés avaient pris le temps d’élaborer une règle interdisant les bébés de la chambre, « nous ne semblons pas avoir pour le moment établi de règle sur le port de masque », une autre question en cours à la Chambre des communes.

« Cela semble refléter un peu la façon dont le Parlement a été mis en place à une autre époque, alors que la plupart des députés étaient peut-être des hommes d’un certain âge et de moyens indépendants », a-t-elle ajouté.

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.