Skip to content
La fin de la pandémie de COVID est en vue, selon le chef de l’OMS


Le monde n’a jamais été mieux placé pour mettre fin à la pandémie de COVID-19, a déclaré mercredi le chef de l’Organisation mondiale de la santé, exhortant les nations à poursuivre leurs efforts contre le virus qui a tué plus de six millions de personnes.

« Nous n’en sommes pas encore là. Mais la fin est en vue », a déclaré le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, aux journalistes lors d’une conférence de presse virtuelle.

Le commentaire était le plus optimiste de l’agence des Nations Unies depuis qu’elle a déclaré le nouveau coronavirus une urgence internationale en janvier 2020 et a commencé à le décrire comme une pandémie en mars 2020.

Le virus, qui est apparu en Chine fin 2019, a tué près de 6,5 millions de personnes et infecté 606 millions de personnes, bouleversant les économies mondiales et accablant les systèmes de santé.

Le déploiement de vaccins et de thérapies a contribué à endiguer la gravité de la maladie. Les décès dus au COVID-19 la semaine dernière étaient les plus bas depuis mars 2020, a rapporté l’OMS.

Pourtant, les pays doivent examiner attentivement leurs politiques et les renforcer pour le COVID-19 et les futurs virus, a déclaré Tedros.

Il a également exhorté les pays à vacciner 100% de leurs groupes à haut risque et à continuer de tester le virus.

L’OMS a mis en garde contre la possibilité de futures vagues de virus et a déclaré que les pays devaient maintenir un approvisionnement adéquat en équipement médical et en personnel de santé.

« Nous nous attendons à ce qu’il y ait de futures vagues d’infections, potentiellement à différents moments dans le monde, causées par différentes sous-variantes d’Omicron ou même différentes variantes préoccupantes », a déclaré l’épidémiologiste principale de l’OMS, Maria Van Kerkhove.

Des cas de monkeypox étaient également sur une tendance baissière mais Tedros a exhorté les pays à poursuivre le combat.

Les responsables de l’OMS ont déclaré le mois dernier qu’il était possible d’éliminer l’épidémie de monkeypox en Europe en intensifiant la vaccination et les tests. Lire la suite

« Comme avec COVID-19, ce n’est pas le moment de se détendre ou de baisser la garde. »

euronews en2fr eurb

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.