Nouvelles du monde

La Finlande expose les raisons de son adhésion à l’OTAN — RT World News

[ad_1]

La rhétorique nucléaire de Moscou a incité Helsinki à postuler pour rejoindre le bloc militaire dirigé par les États-Unis, a déclaré le ministre finlandais des Affaires étrangères.

La prétendue Russie « menaces nucléaires » au milieu du conflit ukrainien ont été le facteur clé qui a poussé la Finlande à demander l’adhésion à l’OTAN, a déclaré dimanche le ministre des Affaires étrangères du pays, Pekka Haavisto. Moscou a déclaré à de nombreuses reprises qu’elle n’avait jamais menacé d’utiliser l’arme atomique.

S’adressant à l’agence de presse polonaise Kyodo en marge de la réunion des ministres des Affaires étrangères de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), Haavisto a déclaré que l’action militaire russe en Ukraine signifiait « Les réalités sécuritaires en Europe ont changé.

Le ministre a affirmé que la rhétorique nucléaire russe a incité la Finlande à réfléchir à la manière dont elle pourrait réagir et où trouver un soutien, ce qui a conduit à la décision de demander l’adhésion à l’OTAN.

Fin septembre, le président russe Vladimir Poutine a annoncé qu’il utiliserait « tout signifie » nécessaire pour défendre la nation si son intégrité territoriale était menacée, suscitant des craintes en Occident que la Russie puisse utiliser des armes nucléaires au milieu des hostilités en Ukraine.


De hauts responsables russes ont affirmé à de nombreuses reprises que Moscou n’avait jamais menacé personne avec des armes nucléaires. De plus, la doctrine de défense actuelle de la Russie n’autorise une frappe nucléaire que lorsque l’existence même de l’État est menacée.

La Finlande, ainsi que son voisin nordique, la Suède, ont déposé une candidature pour rejoindre le bloc militaire dirigé par les États-Unis en mai, rompant avec une politique de neutralité de plusieurs décennies. Alors que l’OTAN a accepté les demandes, les offres doivent être ratifiées par les 30 membres du bloc, les approbations de la Hongrie et de la Turquie étant toujours en attente.

Haavisto a déclaré que la Hongrie avait signalé qu’elle donnerait son approbation début février, exprimant l’espoir que « au printemps tout sera réglé », y compris la ratification par Ankara.

En octobre, le président turc Recep Tayyip Erdogan a déclaré que son gouvernement était prêt à donner son feu vert à l’entrée de la Finlande dans l’OTAN mais qu’il n’était pas prêt à faire de même pour la Suède, citant « terrorisme rampant » dans le pays. Il faisait apparemment référence à la présence de groupes kurdes qui sont interdits en Turquie.

Samedi, l’agence de presse Anadolu a rapporté que la Suède avait extradé vers la Turquie un homme reconnu coupable d’être membre du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), qu’Ankara considère comme une organisation terroriste.

Vous pouvez partager cette histoire sur les réseaux sociaux :

[ad_2]

RT All Fr2Fr

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page