Skip to content
La France dépasse les 90% de remplissage pour l’hiver

[ad_1]

Le pays serait ainsi sur la bonne voie pour atteindre 100% avant fin novembre, selon la plateforme européenne Aggregated Gas Storage Inventory (AGSI).

La France avait rempli ses stocks de gaz pour l’hiver à 90,06% jeudi matin, selon la plateforme européenne Aggregated Gas Storage Inventory (AGSI), en bonne voie pour atteindre l’objectif du gouvernement d’atteindre 100% avant novembre afin de faire face à d’éventuelles pénuries. liés à la guerre en Ukraine.

Dans le détail, les stocks de Teréga, l’un des deux opérateurs du réseau de transport de gaz en France, étaient à 91,21% de leur capacité, quand ceux de Storengy, filiale d’Engie étaient à 89,67%. , selon le site Web de l’AGSI.

Situation plus « favorable » que ses voisins

Le géant russe Gazprom a depuis le début de la guerre en Ukraine stoppé les livraisons de gaz vers plusieurs pays européens et réduit drastiquement ses livraisons vers l’Europe via le gazoduc Nord Stream en juin. La France, qui prétend être dans une situation plus « favorableque ses voisins, compte sur des stocks de gaz remplis au maximum et sur un nouveau terminal méthanier l’année prochaine pour faire face à d’autres éventuelles coupures d’approvisionnement.

La ministre de la Transition énergétique, Agnès Pannier-Runacher, avait indiqué plus tôt dans l’été que l’objectif du gouvernement était de remplir les stocks à 100 % »avant le premier novembre», alors que les opérateurs sont habituellement obligés de ne remplir ces réserves qu’à 85 % à cette date.

Le pays semble désormais bien en avance sur cet objectif stratégique. Spécialement depuis « c’est sur la question du gaz russe que se jouera une partie de la croissance en Europe dans les mois à venirEt le risque de récession, a déclaré mercredi le ministre de l’Economie Bruno Le Maire. « Tout dépendra des décisions de Vladimir Poutine sur le gaz», a-t-il déclaré sur France 5, «S’il décide un jour de couper le gaz pour l’UE et la zone euro, on évalue l’impact sur la croissance, pour la seule France, à un demi-point de PIB, et probablement plus pour d’autres économies plus dépendantes. gaz russe que nous« .

[ad_2]

lefigaro -fp

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.