Skip to content
La France écrase la Pologne et décroche son billet pour la finale

[ad_1]

La France a battu la Pologne en demi-finale (95-54) vendredi à Berlin et affrontera l’Espagne en finale de l’Eurobasket-2022 pour un classique européen du basket de ce siècle.

La France balaie la Pologne. Les basketteurs français, intraitables en défense, n’ont laissé que des miettes à l’équipe de Pologne (95-54), vendredi 16 septembre, à Berlin, et ne sont qu’à un pas de la médaille d’or à l’Eurobasket-2022.

« Je suis évidemment content, mais on n’est pas arrivé deuxième, affiche le capitaine Evan Fournier. Ça fait un moment qu’on le dit. »

Neuf ans après leur premier et unique titre international, en 2013, voici les hommes de Vincent Collet à deux pas d’un deuxième sacre dimanche (20h30). Mais sans doute le plus élevé à l’étendue de leur parcours.

Ils devront enjamber l’Espagne, qui a de son côté battu l’Allemagne en demi-finale.

« On a encore un match à marquer de l’histoire », bouillonnait Rudy Gobert (6 points, 6 rebonds) après ce succès, le plus large de l’histoire en demi-finale de l’Euro.

Intraitable en défense

Après deux prolongations arrachées grâce à deux miracles en huitièmes de finale contre la Turquie et en quart de finale contre l’Italie, cette fois, les vice-champions olympiques n’ont jamais tremblé, emmenés par leur intérieur Guerschon Yabusele, auteur de son record de points en sélection. (22).

« C’est bien de jouer un match complet de A à Z, d’être sûr de nos points forts, d’avoir beaucoup de caractère », savoure Evan « Aourmiz » Fournier (10 points). « J’ai trouvé mon équipe, celle en qui j’ai 100% confiance. »

La Pologne, maladroite (32% de réussite au total) et muselée, était déjà reléguée à 16 points à la mi-temps (34-18).

Aucune équipe n’avait encaissé aussi peu en première mi-temps des demi-finales de l’Euro depuis la Tchécoslovaquie en 1946 (12 points contre la Hongrie).

« On leur a mis beaucoup de pression, on leur a sauté à la gorge en étant très agressifs. On ne voulait pas les laisser en confiance et les écraser », a encore commenté Evan Fournier.

L’écart s’est vite creusé, les cadres ont même pu se reposer puisqu’un seul joueur a passé plus de 20 minutes sur le parquet.

Les faiblesses, notamment la perte de balles (7 au premier tour), restent là mais « il faut vivre avec », avait démissionné l’entraîneur Vincent Collet. « On n’a pas toutes les qualités mais en tout cas, on ne lâche pas », a-t-il déclaré positivement. Ses joueurs ont des défauts mais une défense.

Une aide du destin aussi. Ils attendaient la Serbie de Nikola Jokic en quart, ils avaient l’Italie. Ils attendaient la Slovénie de Luka Doncic en demie, ils avaient la Pologne. Et les vice-champions olympiques n’ont pas manqué cette « belle opportunité », selon Vincent Collet, d’accéder à la finale.

Troisième finale européenne

C’est ainsi, on ne choisit pas son adversaire, et surtout pas l’équipe de France. Quand les Bleus auraient pu gâcher leurs deux derniers matches de poule pour éviter un périlleux voyage sur le papier, ils ne l’ont pas fait.

Le destin les a récompensés. « On ne joue pas contre une équipe injouable », résume modestement Vincent Collet.

Certes, les invités polonais inattendus ont fait tomber le phénomène slovène Luka Doncic, tenant du titre, mais cet exploit a marqué leur première irruption dans le dernier carré depuis 51 ans. Quand les basketteurs français ne l’ont manqué qu’une seule fois en cinq éditions depuis 2011.

Cette troisième finale de Championnat d’Europe en onze ans (sur quatre au total) en dit long sur le réservoir actuel du basket français, toujours au top sans être complet. Synonyme de septième médaille en treize ans de mandat de Vincent Collet, cette finale en dit aussi long sur le palmarès du Normand.

Ni la routine ni le parcours peu glamour ne doivent minimiser le moment. Et s’il faut souligner les circonstances, n’oublions pas les contraires : les deux acteurs majeurs et créateurs qui sont restés au repos, Nicolas Batum et Nando De Colo.

Avec l’AFP

[ad_2]
France 24 Sport

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.