Skip to content
La France libère l’Arabie saoudite arrêtée en cas d’erreur d’identité dans le meurtre de Khashoggi

Publié le:

L’homme saoudien arrêté dans un aéroport de Paris pour des liens présumés avec le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi a été libéré mercredi après que les autorités ont conclu qu’il s’agissait d’une erreur d’identité, ont déclaré les procureurs de Paris.

Des sources policières françaises ont nommé mardi l’homme Khaled Aedh Al-Otaibi, le même nom qu’un ancien membre de la Garde royale saoudienne répertorié dans les documents de sanctions américains et britanniques et un rapport commandé par l’ONU comme ayant été impliqué dans le meurtre de Khashoggi en Turquie .

L’ambassade saoudienne à Paris avait déclaré mardi soir que la personne arrêtée « n’avait rien à voir avec l’affaire en question ».

Les procureurs ont déclaré dans un communiqué que des contrôles avaient montré qu’un mandat délivré par la Turquie, qui avait déclenché l’arrestation lorsque le passeport de l’homme avait été scanné lors des contrôles aux frontières, ne s’appliquait pas à l’homme arrêté à l’aéroport.

Khashoggi, un journaliste du Washington Post et critique du souverain de facto de l’Arabie saoudite, le prince héritier Mohammed bin Salman, a été vu pour la dernière fois entrer au consulat saoudien à Istanbul le 2 octobre 2018. Les autorités turques pensent que son corps a été démembré et enlevé. Ses restes n’ont pas été retrouvés.

(REUTERS)

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.