Skip to content
La gauche française doit s’unir pour triompher à l’élection présidentielle, selon des militants


Plus de 180 000 personnes ont signé une pétition appelant les partis de gauche en France à unir leurs forces lors des prochaines élections présidentielles de 2022 dans le pays pour vaincre une multitude de personnalités de droite.

Des militants ont organisé une « Primaire populaire » qui présenterait un seul candidat « social et écologique » pour concourir aux élections d’avril.

« Le message de cette primaire populaire, c’est de dire qu’on a des urgences écologiques et des urgences sociales qu’on ne peut pas nier. Il faut agir et pour agir, il faut gagner les prochaines élections. Et pour la gagner, c’est simple, il faut être ensemble et ne pas être divisés », a déclaré à Euronews Cléo Belaïche, porte-parole de l’association à l’origine de l’effort primaire.

Ils ont réduit cette primaire présidentielle « citoyenne » à dix candidats qui ont jusqu’au 30 novembre pour décider s’ils participeront au vote de janvier.

Actuellement, trois principaux candidats de gauche ont déjà déclaré qu’ils se présenteraient à la présidentielle : Yannick Jadot, qui a remporté la primaire des Verts ; Anne Hidalgo du Parti socialiste ; et Jean-Luc Mélenchon, de son parti d’extrême gauche France Unbowed.

Ils sont également nommés parmi les 10 candidats – cinq femmes et cinq hommes – à la primaire populaire.

Alors que Jadot, Hidalgo et Mélenchon n’ont pas manifesté d’intérêt pour se présenter à la primaire populaire, jusqu’à présent, trois autres candidats choisis ont accepté de participer.

Mais tous les trois votent actuellement en dessous de 8%, selon un sondage d’opinion IFOP d’octobre, loin derrière le président sortant Emmanuel Macron, les figures d’extrême droite Marine Le Pen et Eric Zemmour, et Xavier Bertrand, de droite, qui se disputeront le Nomination des républicains en décembre.

« Ce qui est clair, c’est que s’il n’y a pas un seul candidat de gauche, il y a très, très peu de chances qu’un de ces candidats de gauche remporte les élections. Donc, dans un sens, ils doivent s’unir s’ils veulent gagner », a déclaré Simon Persico, chercheur à SciencesPo Grenoble spécialisé dans les partis écologistes.

Mais Persico dit qu’il est peu probable que cela se produise car chacun des candidats veut continuer à exister dans le système français.

« L’élection présidentielle est vraiment importante pour exister dans le paysage politique », a déclaré Persico, ajoutant que soutenir un autre candidat pourrait avoir des répercussions sur leurs partis.

Les militants de la Primaire Populaire ne baissent pas les bras.

Ils ont organisé des sit-in devant chacun des sièges des trois partis afin de faire pression sur les écologistes, les socialistes et l’extrême gauche France Unbowed pour qu’ils soutiennent la primaire.

Ils disent que les enjeux sont élevés dans un contexte d’urgence climatique et d’inégalités sociales croissantes.

Une étude récente a montré l’impact des mesures prises pendant la présidence Macron: il a affirmé que les 1% les plus riches ont vu leur pouvoir d’achat augmenter le plus et que seuls les 5% des ménages les plus pauvres n’ont pas vu leur niveau de vie augmenter sous son administration.

« Nous avons besoin d’une primaire car les citoyens ont besoin de renouer avec la politique pour décider qui pourra représenter des idées afin de répondre aux urgences écologiques et sociales en 2022 », a déclaré Belaïche.

Elle a également déploré la hausse du taux d’abstention lors des élections en France.

Catherine Corsini, une réalisatrice qui a récemment sorti un film qui se déroule dans un hôpital lors d’une manifestation des Gilets Jaunes, a déclaré dans une interview qu’il était incroyable qu’il n’y ait pas plus de volonté à gauche de s’unir.

« A chaque fois qu’une nouvelle candidature est annoncée, cela m’exaspère. Je voulais les frapper », a-t-elle confié à Mediapart dans une interview vidéo.

L’initiative a attiré l’attention en partie en raison du nombre de signatures de soutien qu’elle a reçues – déjà plus importantes que la primaire du parti vert et le nombre de membres du parti socialiste.

C’est encore plus que le nombre de membres du parti qui voteront dans le parti républicain de droite début décembre.

Il a également reçu le soutien de certaines des personnalités politiques bien connues choisies par les partisans pour se présenter à la primaire populaire.

« Se rassembler est un défi très difficile, mais il est demandé par des jeunes plus engagés et impatients que jamais », a tweeté l’ancienne ministre de la Justice Christiane Taubira, l’une des dix candidates.

Taubira, qui a déclaré qu’elle ne se présenterait pas à la présidence en 2022 pour ne pas augmenter le nombre de candidats, soutient la primaire et a déclaré aux organisateurs qu’ils avaient raison de dire que 2022 devait apporter un changement.

La « primaire populaire » devrait avoir lieu entre le 13 et le 16 janvier et utiliserait un système de vote majoritaire où les électeurs classeraient leur approbation d’autant de candidats qu’ils le souhaitent.

« Nous avons beaucoup plus de points communs entre nous que nous n’avons de points communs avec M. Zemmour, avec Macron ou avec Le Pen », précise Belaïche.

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.