Skip to content
La justice américaine veut entendre le témoignage de Pence


Le ministère américain de la Justice veut interroger l’ancien vice-président de Donald Trump, Mike Pence, dans le cadre de l’enquête sur les efforts du milliardaire républicain pour modifier les résultats de l’élection présidentielle de 2020, ont rapporté mercredi plusieurs médias américains. . Mike Pence va pour sa part étudier cette demande de témoignage, selon des sources interrogées par le New York Times et CNN. Le secrétaire américain à la Justice, Merrick Garland, a nommé la semaine dernière un procureur spécial pour enquêter de manière indépendante sur l’ex-président, qui a annoncé sa candidature à la présidentielle de 2024.

Deux enquêtes distinctes

Ce procureur indépendant supervise désormais deux enquêtes distinctes menées depuis des mois par la justice fédérale. Le premier se concentre sur les efforts de Donald Trump pour contester sa défaite présidentielle de 2020, jusqu’à l’assaut de ses partisans sur le Capitole le 6 janvier 2021, date à laquelle la victoire de son rival démocrate Joe a été certifiée. Biden. Le second sur la gestion par l’ex-président de documents confidentiels censés être archivés après son départ de la Maison Blanche. Cependant, le procureur spécial ne sera chargé que d’émettre une recommandation sur l’inculpation ou non de Donald Trump et il appartiendra au ministre d’en décider.

La demande de la justice américaine à Mike Pence, qui n’a pas encore été officiellement cité à comparaître comme témoin, est antérieure à la nomination du procureur indépendant, selon le New York Times. L’ancien président républicain avait publiquement fait pression sur Mike Pence pour qu’il ne certifie pas les résultats de l’élection du 6 janvier 2021. Des actions dénoncées comme « irresponsable » de Mike Pence, qui a pourtant refusé d’être entendu lors de l’enquête de la Chambre des représentants sur l’attaque du Capitole.

Candidat potentiel à la présidentielle de 2024, Mike Pence pourrait cette fois envisager de témoigner car il s’agit d’une enquête criminelle, selon la New York Times. Donald Trump pourrait tenter d’empêcher le témoignage de son ancien vice-président en brandissant une prérogative de l’exécutif pour garder ses communications confidentielles, comme il a tenté de le faire avec d’autres fonctionnaires appelés à témoigner dans l’enquête fédérale.

lefigaro -fp

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.