Skip to content
La « main courante » contre Quatennens embarrasse LFI


Le député insoumis du Nord, Adrien Quatennens en juin dernier. devant l’Assemblée nationale. François BOUCHON/Le Figaro

ANALYSE – L’épouse du député LFI aurait dénoncé « plusieurs épisodes de violences » mais ne voudrait pas plus de « conséquences judiciaires ».

Adrien Quatennens n’était pas présent jeudi soir sur la place Roger-Salengro à Montpellier. La coordinatrice nationale de LFI était pourtant annoncée en vedette sur l’affiche de la réunion publique de Nathalie Oziol, la députée Insoumise de la circonscription. L’élu du Nord a préféré annuler sa participation après les révélations mardi de la canard enchaînéà propos de « balustrade » déposé le 7 septembre par son épouse. Ce dernier aurait, selon BFMTV, dénoncé « plusieurs épisodes de violence » après lui avoir fait part de son intention de divorcer. Contacté par Le Figaro, le parquet de Lille a refusé d’indiquer si le procureur allait se saisir des faits. Le couple a immédiatement exigé le respect de leur « vie privée »tout en affirmant que Céline Quatennens ne souhaitait pas non plus « une action en justice »ni que ces « l’information se trouve dans la presse ». En vain. Connues de tous, ces révélations embarrassent désormais la maison Insoumise. Le député est en effet souvent considéré comme le « bras droit »

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 70% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà inscrit? Connexion

lefigaro -Politics

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.