Skip to content
La marche EuroPride de Belgrade se poursuit malgré les protestations et les arrestations d’extrême droite


La police serbe a arrêté plus de 30 personnes alors que des milliers de militants LGBTQ se sont rendus à la marche EuroPride de Belgrade samedi, malgré l’interdiction du gouvernement.

L’événement avait été conçu comme l’événement phare du rassemblement EuroPride. Mais le ministère de l’Intérieur a interdit la marche plus tôt cette semaine, invoquant des problèmes de sécurité après que des groupes de droite ont menacé d’organiser des manifestations.

Et bien que la marche se soit déroulée sans incident majeur, les médias locaux ont indiqué que des affrontements ont éclaté entre les contre-manifestants et la police.

Des manifestants anti-LGTBQ lancent une fusée éclairante lors de la marche de la fierté LGBTQ européenne à Belgrade, en Serbie, le 17 septembre 2022. La police serbe a interdit le défilé en raison du risque d’affrontements avec des militants.

Le ministère de l’Intérieur avait également interdit toute contre-manifestation, mais certains groupes d’extrême droite ont juré de se rassembler et de se rassembler devant les églises.

Le ministre de l’Intérieur Aleksandar Vulin avait prévenu dans un communiqué que « nous ne tolérerons aucune violence dans les rues de Belgrade, pas plus que des marches illégales ».

La mannequin et militante Yasmin Benoit a déclaré qu’elle avait assisté à de nombreux défilés de la fierté gaie « mais celui-ci est légèrement plus stressant que les autres ».

« Je viens du Royaume-Uni où tout le monde est plus solidaire et c’est plus commercial », a-t-elle déclaré à l’AFP.

« Mais ici, c’est vraiment ce que devrait être la fierté », a-t-elle ajouté, évoquant le combat sociétal aux origines du mouvement.

« Nous nous battons pour l’avenir de ce pays », a déclaré Luka, un Serbe participant à l’événement de samedi.

La marche EuroPride de Belgrade se poursuit malgré les protestations et les arrestations d’extrême droite

Les participants prennent part à la marche européenne de la fierté LGBTQ à Belgrade, en Serbie, le 17 septembre 2022, malgré une interdiction officielle de la police qui a cité un risque d’affrontements avec des groupes d’extrême droite.

Mariage gay non reconnu

Malgré l’interdiction officielle, les manifestants ont pu défiler sous la pluie sur quelques centaines de mètres entre la Cour constitutionnelle et un parc voisin, un parcours bien plus court que prévu initialement par les organisateurs.

Le mariage gay n’est pas légalement reconnu en Serbie, où l’homophobie reste profondément ancrée malgré certains progrès réalisés au fil des ans dans la réduction de la discrimination.

Le pays des Balkans, candidat à l’adhésion à l’UE, avait subi d’intenses pressions internationales pour autoriser la marche.

Plus de 20 ambassades, dont celles des États-Unis, de France et de Grande-Bretagne, avaient publié une déclaration conjointe exhortant les autorités à lever l’interdiction.

La marche EuroPride de Belgrade se poursuit malgré les protestations et les arrestations d’extrême droite

Des policiers anti-émeute serbes gardent la zone lors de la marche de la fierté LGBTQ européenne à Belgrade, en Serbie, le 17 septembre 2022.

Il y avait une forte présence policière autour du rassemblement de la fierté, avec des officiers repoussant les petits groupes de contre-manifestants brandissant des croix et des insignes religieux.

Le ministère de l’Intérieur a déclaré que 31 personnes avaient été arrêtées.

Les autorités n’ont donné aucun détail sur les personnes détenues, mais des journalistes de l’AFP ont vu plusieurs contre-manifestants être emmenés.

Selon la télévision N1, il y a eu des échauffourées entre la police et les contre-manifestants, dont certains ont lancé des fumigènes sur les agents et endommagé plusieurs véhicules.

L’ambassade des États-Unis avait exhorté ses citoyens à éviter l’événement « en raison du potentiel de foules indisciplinées, de violence, ainsi que d’éventuelles amendes ».

« Sanction implicite du sectarisme »

Des groupes de défense des droits de l’homme et l’Union européenne ont appelé le gouvernement serbe à annuler l’interdiction.

« La décision du gouvernement serbe d’annuler l’EuroPride est une reddition honteuse et une sanction implicite du sectarisme et des menaces de violence illégale », a déclaré Graeme Reid, directeur du programme sur les droits des LGBT à Human Rights Watch.

Au moins 15 membres du Parlement européen ont annoncé qu’ils se joindraient à la marche des fiertés en signe de solidarité.

Les marches de la fierté de Belgrade en 2001 et à nouveau en 2010 ont été entachées de violence et d’émeutes après que des groupes d’extrême droite ont ciblé l’événement.

La marche EuroPride de Belgrade se poursuit malgré les protestations et les arrestations d’extrême droite

Au milieu des tensions croissantes, la police a été déployée dans le centre-ville de Belgrade où une marche de la fierté devait avoir lieu malgré les menaces de groupes anti-gay et une interdiction officielle, le 17 septembre 2022.

Depuis 2014, le défilé a été organisé régulièrement sans troubles notables mais a été protégé par une importante présence des forces de l’ordre.

L’interdiction de cette année est intervenue quelques jours seulement après que des milliers de personnes ont participé à une manifestation anti-fierté à Belgrade, avec des gangs de motards, des prêtres orthodoxes et des nationalistes d’extrême droite exigeant la suppression du rassemblement EuroPride.

« Je suis ici pour préserver les traditions, la foi et la culture serbes, qui sont détruites par les sodomites », a déclaré samedi à l’AFP Andrej Bakic, 36 ans, un contre-manifestant d’un groupe entouré de policiers anti-émeutes.

voanews eurp

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.