Divertissement

La Ménagerie de Verre, version « grotesque »

[ad_1]

Philippe Tesson. ÉRIC GARAULT/Le Figaro Magazine

LA CHRONIQUE – Remarquable Isabelle Huppert dans une version douteuse du chef-d’œuvre de Tennessee Williams.

Nous sommes ravis que le spectacle La Ménagerie de verre mis en scène par Ivo Van Hove avec Isabelle Huppert, créé en mars 2020 et interrompu deux fois par la pandémie, revienne à l’Odéon pour quelques représentations jusqu’au 22 décembre. D’abord parce qu’on ne s’en lasse pas du chef-d’œuvre de Tennessee Williams. De plus, nous étions très curieux de découvrir Isabelle Huppert dans le rôle d’Amanda et le destin de cette pièce d’un metteur en scène dont nous suivons le parcours avec des faveurs souvent contrariées.

Encore une fois, notre jugement sur lui sera partagé. Il sera influencé par l’humeur. Ce n’est pas digne de rigueur critique, mais après tout la sensibilité a ses droits. C’est Isabelle Huppert qui est en cause. C’est dans les circonstances absolument remarquable, et en même temps absolument insupportable. On connaît l’étendue de son talent, ses talents, son intelligence et sa délicatesse, le mariage de l’énergie et de la finesse qui fait sa perfection. Et elle…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 64% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 0,99 € le premier mois

Déjà inscrit? Connexion

[ad_2]

lefigaro – divertissement

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page