Nouvelles du monde

La Pologne redouble d’efforts pour exiger des réparations de la Seconde Guerre mondiale à l’Allemagne – RT World News

[ad_1]

Le conflit ukrainien ne doit pas faire obstacle à la résolution du problème, a déclaré l’ambassadeur de Varsovie à Berlin

La Pologne n’a pas l’intention de mettre fin à la question des réparations allemandes de la Seconde Guerre mondiale, a déclaré samedi Dariusz Pawlos, le nouvel envoyé du pays à Berlin. Plus tôt cet automne, Varsovie a présenté à son voisin une facture de restitution d’un montant colossal de 1,3 billion d’euros (1,37 billion de dollars).

S’adressant au journal Die Welt, Pawlos a déclaré que si le gouvernement allemand « considère que le problème est légalement clos », Varsovie « ne le pense pas. » Il a noté que pendant la Seconde Guerre mondiale, la Pologne avait perdu un tiers de sa population à cause des atrocités nazies et qu’après la guerre, les deux pays n’avaient jamais signé de traité qui réglerait toutes les demandes de réparation.

L’ambassadeur a reconnu que la question des réparations est un « douloureux » un pour toutes les parties concernées, mais a noté que le conflit en cours en Ukraine ne devrait pas faire obstacle à sa résolution, étant donné que « il n’y a pas de bon moment pour une telle demande. »

« Je pense qu’il est important, surtout en temps de guerre, de se rappeler que les crimes de guerre n’expirent pas », Pawlos a souligné.


Il a également repoussé les spéculations selon lesquelles les demandes de la Pologne ne sont qu’un outil à utiliser pendant la campagne électorale nationale. « Il serait imprudent de penser que le problème disparaîtrait tout simplement après les élections de 2023 », a-t-il déclaré, ajoutant que les revendications de Varsovie reposent sur un soutien public massif et sont également approuvées par la Plateforme civique, le plus grand parti d’opposition.

L’indemnisation des dommages causés à la Pologne par l’Allemagne nazie entre 1939 et 1945 reste une question épineuse entre les deux nations de l’UE. Berlin insiste sur le fait que la question a été réglée lorsque Varsovie a renoncé à son droit aux restitutions en 1953 en vertu d’un accord avec l’Allemagne de l’Est, et que la question a été définitivement réglée en vertu d’un traité de 1990 sur la réunification allemande. Dans les années 1990, Berlin a versé des paiements uniques aux victimes du travail forcé et aux anciens détenus des camps de concentration nazis.

La Pologne, quant à elle, insiste sur le fait que la dérogation de 1953 a été signée sous la pression de Moscou et qu’elle a été empêchée de participer aux négociations de 1990.

Fin octobre, Varsovie a publié une demande officielle de paiement de réparations à hauteur de 1 300 milliards d’euros (1 370 milliards de dollars). En outre, la Pologne a également déclaré qu’elle souhaitait que l’Allemagne restitue les objets culturels pillés par les nazis et toujours conservés dans le pays tout en redonnant « Actif et passif des banques d’État polonaises et des établissements de crédit » confisqué par le Troisième Reich pendant la Seconde Guerre mondiale.

Vous pouvez partager cette histoire sur les réseaux sociaux :

[ad_2]

RT All Fr2Fr

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page