Skip to content
La rentrée scolaire à vélo

[ad_1]

Le chemin menant à la garderie ou à l’école est idéal pour initier les enfants aux transports actifs, dont le vélo. Au début, un parent pédalera pour lui, puis bientôt il saisira le guidon de son propre vélo.

Vélo Québec rappelle qu’« au Québec, plus de 80 % des élèves du primaire habitent à distance de marche ou de vélo de leur école » et bénéficient du pédalage pour s’y rendre.

En particulier, les enfants sont plus alertes, réussissent mieux à l’école et apprennent à se déplacer de manière autonome. Il y a moins de congestion dans le quartier, de risques d’accidents, de pollution et de bruit. Sans oublier que cette activité rend les communautés plus agréables, sécuritaires et favorise le bon voisinage.

« En début de saison, à la rentrée des vacances de la construction et avant la rentrée scolaire, ce sont encore trois périodes mouvementées », pour l’achat d’équipement vélo permettant de pédaler avec son enfant, note Frédérick Duchesne, co- propriétaire de Bicyclettes Demers et de skis de fond.

Premières promenades

Confortablement installé dans un siège bébé ou un chariot attaché au vélo d’un adulte, l’enfant apprivoisera d’abord tranquillement les sons environnants, les paysages qui défilent, les mouvements du vélo, etc.


La rentrée scolaire à vélo

Photo courtoisie, Demers Bicyclettes et skis de fond

Chariot Thule Cross 1

Selon la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ), un enfant installé dans un siège ou un chariot doit être âgé d’au moins 12 mois, afin que les muscles de son cou soient assez forts pour soutenir sa tête en cas d’accident . Il doit également être capable de s’asseoir seul et de porter un casque de vélo bien ajusté.

« Le casque est déconseillé avant un an, car c’est le cou qui risque d’absorber le choc en cas de choc et non la tête… Ce qui annule les avantages du casque », indique la SAAQ sur son site internet.

Un peu de pratique

Il existe divers autres équipements pour rouler avec son enfant, comme une selle et des repose-pieds installés sur un cadre devant le cycliste, un siège remorque placé à l’arrière du vélo ou encore un vélo cargo à assistance électrique pour transporter plusieurs enfants.

Dans tous les cas, puisque la charge supplémentaire modifiera la tenue de route du vélo et le freinage, la SAAQ suggère un peu d’entraînement au préalable. En plaçant un sac de pommes de terre correspondant au poids de l’enfant dans la remorque ou sur le siège, le motard se familiarise petit à petit avec les virages et le freinage.

Vers l’autonomie


La rentrée scolaire à vélo

Photo courtoisie, Demers Bicyclettes et skis de fond

Barre de remorquage Trail-Gator.

Vers 4 ans, les enfants en quête d’autonomie peuvent d’abord pédaler sur un demi-vélo ou sur leur propre vélo fixé à l’arrière de celui de leurs parents à l’aide d’une barre. remorquage, en profitant de la surveillance d’un adulte qui l’initiera aux règles de la sécurité routière.


La rentrée scolaire à vélo

Photo courtoisie, Demers Bicyclettes et skis de fond

Vélo d’équilibre EVO Beep Beep.

Lorsqu’il sera enfin prêt à rouler seul, le vélo d’équilibre (inférieur et sans pédales) l’aidera à prendre confiance en lui, avant d’enfourcher un vélo ajusté à sa taille et bien équipé, avec ou sans petites roues. stabilisants.

La cour d’école, un parc ou une ruelle s’avéreront alors des lieux propices à l’apprentissage, précise Vélo Québec, avant d’emprunter des rues tranquilles avec un adulte pour apprendre à se déplacer sur le réseau routier pour se rendre à l’école.



[ad_2]

journaldemontreal-local

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.