Skip to content
la répression s’accentue dans les régions kurdes, selon une ONG


Des défenseurs des droits humains ont affirmé lundi 21 novembre que les forces de sécurité iraniennes avaient tiré à balles réelles pour réprimer les manifestations dans les régions kurdes de l’ouest de l’Iran, tuant 13 personnes en 24 heures.

Le groupe de défense des droits des Kurdes iranien basé en Norvège, Hengaw, a publié des vidéos montrant les forces de sécurité effectuant des opérations à balles réelles dans les villes de Piranchahr, Marivan et Javanroud.

Des renforts ont été envoyés ces derniers jours dans les régions kurdes, l’un des foyers du mouvement de contestation déclenché le 16 septembre par la mort de Mahsa Amini, une Kurde iranienne de 22 ans arrêtée par la police des mœurs pour avoir enfreint le code vestimentaire strict. code obligeant les femmes à porter le voile.

Les manifestations s’y sont récemment intensifiées, notamment à l’occasion des funérailles des personnes tuées par les forces de sécurité lors des rassemblements. Selon Hengaw, au moins sept personnes ont été tuées à Javanroud, quatre à Piranchahr et deux autres dans d’autres localités.

L’ONG Iran Human Rights (IHR), basée à Oslo, a également publié des images montrant les forces de sécurité tirant à balles réelles à Piranchahr et le chagrin de la mère face à la dépouille d’un garçon de 16 ans. . « Mère, ne pleure pas, nous nous vengerons», chantent en kurde des personnes présentes à ses côtés, selon l’ONG.

Les Kurdes iraniens, une minorité ethnique et religieuse

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken a déclaré sur Twitter : « profondément préoccupé par le fait que les autorités iraniennes intensifient la violence contre les manifestants, en particulier dans la ville de Mahabad« . « Nous continuons à demander des comptes aux personnes impliquées et à soutenir le peuple iranien« , il ajouta.

Les Kurdes représentent l’une des principales minorités ethniques d’Iran – environ 10 millions sur 83 millions d’habitants – et adhèrent majoritairement à l’islam sunnite et non au chiisme dominant dans le pays.

Au moins 378 personnes ont été tuées dans la répression des manifestations, selon un dernier rapport publié samedi par IHR. Parmi eux, 255 sont morts lors des manifestations liées à la mort de Mahsa Amini et 123 au Sistan-Baloutchistan, une province pauvre du sud-est de l’Iran, dont plus de 90 le 30 septembre dans la capitale provinciale Zahedan, lors de manifestations contre le viol d’une adolescente attribué à un policier.

Par ailleurs, l’Iran a de nouveau bombardé des groupes d’opposition kurdes iraniens basés au Kurdistan irakien voisin, tuant un combattant de ces factions dissidentes accusées par Téhéran d’avoir attisé les manifestations. Les Gardiens de la révolution, l’armée idéologique du pouvoir, ont revendiqué cet attentat.

lefigaro -fp

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.