nouvelles des états-unis

La richesse des Américains chute encore après une perte massive au printemps

[ad_1]


New York
CNN

La richesse des Américains a continué de baisser au troisième trimestre alors que les cours des actions ont chuté au cours de l’été – mais de nombreux Américains disposent toujours d’un coussin financier sain, par rapport à la période pré-pandémique.

C’est selon les données de la Réserve fédérale publiées vendredi, qui ont montré que la valeur nette des ménages et des organisations à but non lucratif a chuté de 400 milliards de dollars pour atteindre 143,3 billions de dollars au troisième trimestre. La valeur des actions des ménages a diminué de 1,9 billion de dollars, tandis que leurs avoirs immobiliers ont augmenté de 700 milliards de dollars.

La baisse survient après que leur richesse a chuté de plus de 6 000 milliards de dollars au deuxième trimestre, qui a également été principalement due à une baisse des cours des actions. Les données de la Réserve fédérale ne sont pas ajustées à l’inflation.

Le troisième trimestre a été brutal pour les actions. L’indice S&P 500 a chuté de 5,3 % au cours de la période, bien qu’il ait rebondi depuis.

Les prix des logements, quant à eux, n’ont augmenté que de 0,1 % au troisième trimestre par rapport au trimestre précédent, selon l’indice des prix des logements de la Federal Housing Finance Agency.

La dette des ménages a augmenté de 6,3 % au troisième trimestre à un taux annuel corrigé des variations saisonnières, plus lentement qu’au trimestre précédent. La dette hypothécaire a augmenté de 6,6 %, tandis que le crédit à la consommation non hypothécaire a bondi de 7,0 % – un rythme plus lent pour les deux par rapport au deuxième trimestre.

Malgré la baisse de la richesse, le rapport montre que de nombreux Américains de la classe moyenne et des revenus supérieurs sont en bonne santé financière, par rapport à la période pré-pandémique, a déclaré Kathy Bostjancic, économiste en chef chez Nationwide, une société d’assurance et de services financiers. La valeur nette des ménages et des organisations à but non lucratif est de 7,7 fois leur revenu personnel disponible, contre 7 fois au dernier trimestre de 2019.

Cela leur permet de continuer à dépenser même si l’inflation a fait grimper les prix. Et si les États-Unis tombent en récession dans un proche avenir, ce bilan solide devrait aider à éviter qu’il ne s’agisse d’un ralentissement très profond, a-t-elle déclaré.

La baisse actuelle de la richesse est un revirement notable par rapport aux gains robustes qui ont commencé au milieu de 2020, alimentés par la flambée des prix des maisons et des actions. La valeur nette a atteint un sommet de 150,1 billions de dollars au dernier trimestre de l’année dernière, mais a ensuite diminué au cours des trois derniers trimestres consécutifs.

Même avec les turbulences de Wall Street et le ralentissement du marché immobilier cette année, les ménages et les groupes à but non lucratif n’ont perdu qu’environ 7 000 milliards de dollars. C’est encore bien au-dessus des 110,8 billions de dollars du premier trimestre 2020, lorsque le début de la pandémie de Covid-19 a secoué les actions et l’économie.

« Malgré toute l’hystérie suscitée par la baisse du marché boursier, nous n’avons vraiment pas constaté d’impact énorme sur la valeur nette », a déclaré Brian Bethune, économiste au Boston College, à propos de la baisse de cette année.

Pourtant, les Américains ne sont pas satisfaits de leur situation financière. Environ la moitié ont déclaré que c’était pire qu’il y a un an, tandis qu’environ un tiers ont déclaré qu’ils étaient à peu près dans la même situation financière, selon un nouveau sondage CNN réalisé par SSRS. Seuls 16% ont déclaré qu’ils étaient maintenant mieux lotis.

Dans le sondage de décembre 2021 de CNN, seul un tiers a déclaré que ses finances s’étaient détériorées au cours de l’année précédente.

Quelque 93 % des personnes ayant répondu au récent sondage se disent au moins quelque peu préoccupées par le coût de la vie actuel, dont 63 % qui se disent très préoccupées.

Un peu plus de la moitié ont déclaré croire que l’économie continue de se détériorer, tandis que 30 % ont déclaré qu’elle s’était stabilisée. Seulement 17 % ont déclaré que les conditions économiques s’amélioraient.

[ad_2]

Cnn all En2Fr

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page