Skip to content
La Russie considère l’Iran comme une porte dérobée contre les sanctions pour les ventes de pétrole – News 24


Appuyez sur play pour écouter cet article

BERLIN – La Russie prévoit d’utiliser l’Iran comme porte dérobée pour contourner les sanctions internationales contre l’Ukraine si l’accord nucléaire de Téhéran avec les puissances mondiales revient en vigueur, selon des diplomates occidentaux.

Moscou a envoyé des équipes de responsables du commerce et des finances ainsi que des dirigeants de Gazprom et d’autres entreprises à Téhéran en juillet après la rencontre du président russe Vladimir Poutine avec les dirigeants iraniens pour jeter les bases d’une coopération plus étroite entre les deux pays.

Ces dernières semaines, l’Iran a également envoyé deux délégations officielles à Moscou axées sur l’énergie et la finance. Parmi les hauts responsables présents figuraient le chef de la banque centrale iranienne Ali Saleh Abadi, le vice-ministre de l’Economie Ali Fekri et le chef de la commission de l’économie de la législature iranienne, Mohammad Reza Pour Ebrahimi. Les Iraniens ont passé plusieurs jours à rencontrer leurs homologues et des cadres du secteur privé, selon les diplomates.

Le principal attrait de l’Iran est qu’il fournit une voie de secours pour vendre du pétrole brut russe sanctionné – la principale source de devises fortes du Kremlin.

Les exportations de pétrole russe sont confrontées à un embargo presque total des pays de l’UE à partir de décembre, mais si un accord nucléaire international est conclu avec l’Iran, cela fournirait un plan B parfaitement chronométré pour Poutine. Dans le cadre de ce que les commerçants appellent un accord d’« échange », l’Iran pourrait importer du brut russe sur sa côte nord de la Caspienne, puis vendre des quantités équivalentes de brut au nom de la Russie dans des pétroliers iraniens partant du golfe Persique. L’Iran raffinerait le pétrole russe pour satisfaire sa propre demande intérieure vorace tandis que, grâce au pacte nucléaire, le pétrole iranien exporté du sud serait exempté de sanctions.

En outre, l’Iran pourrait éventuellement utiliser sa flotte de pétroliers, une fois libérée des sanctions, pour récupérer du pétrole russe dans des ports situés en dehors de la Caspienne.

Cette carte de sortie de prison dépend du renouvellement ou non de l’accord atomique, en vertu duquel l’Iran limiterait ses activités nucléaires en échange d’un allégement des sanctions. De nombreux diplomates impliqués dans les pourparlers disent qu’un accord est proche, bien que ni les États-Unis ni l’Iran n’aient accepté la dernière proposition de l’UE. Parmi les partisans les plus virulents de la proposition figure Mikhail Ulyanov, ambassadeur de Russie auprès des organisations internationales basées à Vienne, dont l’Agence internationale de l’énergie atomique des Nations Unies.

Cette semaine, Ulyanov a fait l’éloge de ce qu’il a appelé les « suggestions de rédaction tout à fait raisonnables » de l’Iran à la proposition de l’UE.

« Espérons que l’examen de ces propositions ne tardera pas à Washington », tweeté Ulyanov, qui a été critiqué ces derniers mois pour ses publications souvent désordonnées sur l’Ukraine sur les réseaux sociaux.

Signe de l’importance désormais accordée à Téhéran, la visite de Poutine en Iran en juillet était sa première dans un pays hors de l’ex-Union soviétique depuis le début de la guerre. En signe de bonne volonté, Téhéran et Moscou ont profité de l’occasion pour annoncer un protocole d’accord portant sur 40 milliards de dollars de projets communs, visant notamment à développer les réserves de gaz dans le golfe Persique et à produire du gaz naturel liquéfié de grande valeur.

Ali Akbar Velayati, conseiller en politique étrangère du guide suprême, l’ayatollah Ali Khamenei, a laissé peu de doute sur le fait que les échanges figurent en bonne place sur la liste des priorités. « Nous recevons du pétrole de Russie et du Kazakhstan via la mer Caspienne pour l’utiliser pour la consommation intérieure, puis nous livrons du pétrole dans la même quantité à leurs clients dans le sud », a-t-il déclaré à l’agence de presse Fars peu après le voyage de Poutine en Iran.

« L’Iran est un bon partenaire dans cette entreprise », a déclaré l’un des diplomates occidentaux. « La Russie a une difficulté et l’Iran a une capacité. »

Ali Akbar Velayati, conseiller en chef de la politique étrangère du chef suprême de l’Iran | George Ourfalian/AFP via Getty Images

La stratégie d’échange a connu divers degrés de succès dans le passé. Les swaps ont dû être suspendus il y a plus de dix ans lorsque l’Iran s’est plaint qu’il perdait de l’argent sur cet accord et que la Russie fournissait du brut de qualité inférieure. Cette fois-ci, l’Iran devrait également trouver un moyen de surmonter toute complication liée à la vente de brut russe à un prix très avantageux sur les marchés mondiaux en raison des sanctions.

Outre les attraits de la coopération énergétique, plusieurs diplomates ont noté que Moscou cherchait également à travers l’Asie centrale, l’Iran et la Turquie pour trouver des failles autour des restrictions sur les importations de marchandises. Les sanctions réduisent considérablement la capacité de la Russie à reconstruire son matériel militaire brisé alors que Moscou lutte pour trouver des importations vitales, allant des micropuces aux composants de véhicules, elle a donc besoin de nouvelles lignes d’approvisionnement.

La Russie est bien consciente que l’Iran a une longue expérience dans la recherche de telles alternatives. Même si des années de sanctions ont entravé l’économie iranienne, Téhéran s’est montré apte à trouver des moyens de renverser les contrôles, principalement en se tournant vers la Chine et d’autres partenaires asiatiques. La Russie est impatiente de puiser dans cette expertise et parie que l’Iran ferait face à peu de conséquences pour sa coopération avec Moscou, car les capitales occidentales auraient du mal à ne pas mettre en danger un accord nucléaire fraîchement réédicté.

C’est peut-être l’une des raisons pour lesquelles les États-Unis ont tardé à commenter, et encore moins à accepter la dernière proposition de compromis de l’UE. Washington a mis en garde la Chine contre l’armement de la Russie alors qu’elle fait la guerre à l’Ukraine. Pourtant, l’Iran se prépare déjà à livrer des drones armés à la Russie. Si Washington accepte de ressusciter l’accord nucléaire, cela risquerait d’ouvrir la porte à un flux illimité d’armes de l’Iran vers la Russie.

Des compagnons de lit mal à l’aise

L’Iran et la Russie sont traditionnellement extrêmement méfiants l’un envers l’autre, coopérant là où leurs intérêts se rejoignent, mais seulement jusqu’à un certain point.

Bien que la Russie ait joué un rôle décisif en aidant l’Iran à construire une centrale nucléaire dans la ville méridionale de Bushehr, les relations récentes sur l’énergie atomique ont été difficiles. L’ambassadeur de Russie en Iran, Levan Dzhagaryan, a accordé une interview cinglante au journal iranien Shargh, dans laquelle il a accusé les autorités iraniennes de ne pas avoir payé des centaines de millions d’euros de dettes liées au programme atomique.

La Syrie est un autre domaine d’interaction tendue. Les deux pays ont aidé à soutenir le régime de Bachar al-Assad, mais la Russie a également permis à Israël de poursuivre les forces soutenues par l’Iran dans le pays qu’elle considère comme une menace.

La réticence de la Russie à embrasser pleinement Téhéran est également enracinée dans son désir d’améliorer ses relations avec les États du Golfe tels que l’Arabie saoudite, les autres ennemis jurés de l’Iran dans la région.

Avec l’invasion de l’Ukraine, cependant, cette logique stratégique a disparu. Isolée comme jamais auparavant par l’Occident, la Russie cherche désespérément des moyens de compenser son commerce perdu avec l’Europe, de loin son partenaire commercial le plus important.

Alors même que la Russie se tourne de plus en plus vers la Chine et l’Inde, deux partenaires de longue date, pour combler ce vide, le Kremlin craint également d’être dominé par la paire, qui sont toutes deux considérablement plus grandes. L’Iran, comme la Turquie, que la Russie a également courtisée ces derniers mois, est plus facile à gérer pour Moscou.

Une autre raison pour laquelle l’Iran attire Poutine : il a besoin de la Russie.

La Russie considère l’Iran comme une porte dérobée contre les sanctions pour les ventes de pétrole – News 24
En plus des attraits de la coopération énergétique, plusieurs diplomates ont noté que Moscou cherche également à travers l’Asie centrale, l’Iran et la Turquie pour trouver des failles autour des restrictions sur les importations de marchandises | Photo de la piscine par Sergei Chirikov/AFP via Getty Images

Plus tôt ce mois-ci, l’agence spatiale russe a lancé un satellite espion iranien en orbite, par exemple.

Dans leurs discussions avec les Iraniens, les responsables russes ont également signalé qu’ils avaient l’intention de moderniser les infrastructures ferroviaires et routières de la ville portuaire caspienne d’Astrakhan afin de faciliter les échanges entre les deux pays. Une société iranienne détient une participation majoritaire dans le principal port de la région russe, Solyanka.

Lors d’une visite à un salon de l’industrie automobile à Moscou cette semaine, le vice-ministre iranien de l’industrie, Manouchehr Manteqi, a déclaré que son pays envisageait une coopération avec la Russie dans le « transport ferroviaire, aérien et maritime », a rapporté l’agence de presse officielle IRNA.

Cette semaine, la Russie, l’Iran et l’Azerbaïdjan ont également signé un « mémorandum pour simplifier le transport en transit », afin de faciliter le commerce dans la région, a rapporté le TASS russe.

Un autre domaine de coopération est la finance. Lors de la rencontre de Poutine avec le guide suprême iranien Khamenei en juillet, les deux hommes ont discuté des moyens de briser l’emprise du dollar sur le commerce mondial. Les banques des deux pays ont été bannies de SWIFT, un système dominé par les États-Unis utilisé pour faciliter le commerce international, et leurs économies sont confrontées à d’extrêmes difficultés pour effectuer des transactions transfrontalières.

Alors que mettre fin à la domination du dollar a été un effort largement chimérique jusqu’à présent, l’Iran est impatient d’aider la Russie à trouver des moyens d’accélérer la « dé-dollarisation », ont déclaré les diplomates occidentaux.

La Russie considère l’Iran comme une porte dérobée contre les sanctions pour les ventes de pétrole – News 24

Cet article fait partie de POLITICO Pro

La Russie considère l’Iran comme une porte dérobée contre les sanctions pour les ventes de pétrole – News 24

La solution à guichet unique pour les professionnels des politiques fusionnant la profondeur du journalisme POLITICO avec la puissance de la technologie

La Russie considère l’Iran comme une porte dérobée contre les sanctions pour les ventes de pétrole – News 24


Des scoops et des idées exclusives et inédites

La Russie considère l’Iran comme une porte dérobée contre les sanctions pour les ventes de pétrole – News 24


Plate-forme de renseignements sur les politiques personnalisée

La Russie considère l’Iran comme une porte dérobée contre les sanctions pour les ventes de pétrole – News 24


Un réseau d’affaires publiques de haut niveau

La Russie considère l’Iran comme une porte dérobée contre les sanctions pour les ventes de pétrole – News 24



Politico En2Fr

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.