Skip to content
la saison de Noël commence « plus doucement » qu’en 2021


Les ventes de ces deux produits stars de Noël sont en baisse de plus de 20% par rapport à la même période l’an dernier, indique le cabinet spécialisé IRI.

L’inflation persistante va-t-elle obliger les Français à se priver pour Noël ? A un mois des fêtes de fin d’année, les ventes des produits stars de Noël sont encore timides. Selon les derniers chiffres du panéliste de l’IRI, sur la semaine du 7 au 13 novembre, les ventes de chocolats et de foie gras en GMS sont en forte baisse par rapport à la même période l’an dernier : -21% pour les premiers, -23,5% pour les deuxième.

« La présence de catégories festives au flop 5des catégories de produits les plus en décroissance – aux côtés des pâtes à tartiner en conserve, des pizzas surgelées et des produits et accessoires de parapharmacie – « témoigne d’une saison de Noël 2022 qui, bien qu’il ne soit pas possible de juger de sa performance globale à ce stade, semble démarrer plus lentement et donc plus tard que l’an dernier», estime le cabinet spécialisé dans son baromètre hebdomadaire. En valeur, on note également une baisse notable des ventes de la boisson phare des fêtes : le champagne (-13%).

VOIR ÉGALEMENT – Noël : la magie des vitrines animées du Printemps Haussmann est de retour

Les jouets également concernés

Invité mardi de franceinfo, le président de Système U Dominique Schelcher a confirmé que le chocolat, «produit plaisir« des vacances, était »un peu moinsacheté cette année. Le responsable des magasins U a indiqué que les ventes étaient en baisse de 8 % dans la grande distribution par rapport à 2021, et de 5 % chez Système U. De même, «la campagne des jouets de noël ne va pas bien», a-t-il confié, avec une baisse des achats de 20 % dans les supermarchés, 10 % chez Système U.

« Les jouets ont un peu augmenté cette année, les chocolats ont également un peu augmenté, donc je pense qu’il y a un impact sur la décision d’achat des clients», a avancé Dominique Schelcher. Sans parler de l’inflation des prix de l’alimentation ou de l’énergie, qui pèse sur le porte-monnaie des Français et les pousse à arbitrer. Si Noël est encore dans un mois,quand ça commence mal, c’est souvent mauvais signe», selon Dominique Schelcher. « Il n’est pas certain que nous rattraperons ces ventes« , il ajouta.

Malgré ces baisses constatées, le patron de System U »misez quand même sur un moment festif car, dans un contexte compliqué, les gens ont besoin de se faire plaisirUne enquête CSA Research pour Cofidis, publiée lundi, montre que le budget moyen alloué par les Français aux dépenses liées à Noël est en hausse cette année : 568 euros, soit 35 euros de plus qu’en 2021. Pour preuve, la baisse moyenne des Les ventes de foie gras ne touchent pas toutes les enseignes de la même manière. Picard, par exemple, indique que les clients y ont déjà afflué. L’enseigne spécialisée dans les produits surgelés se veut optimiste pour les fêtes. »J’ai jamais vu qu’en temps de crise, les clients sacrifient Noël», expliquait récemment au Figaro Cathy Collart, PDG de Picard.

VOIR ÉGALEMENT – À l’approche de Noël, les joueurs sont à la recherche de consoles en raison de pénuries de composants

lefigaro -Économie et commerce

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.