Skip to content
La Suède élit Andersson première femme Premier ministre pour la deuxième fois en une semaine

Publié le:

Magdalena Andersson, qui a été la semaine dernière la première femme Premier ministre suédoise pendant quelques heures avant de démissionner parce qu’une défaite budgétaire a fait démissionner un partenaire de la coalition, a été réélue lundi à la tête du gouvernement de la nation nordique.

Par 101 voix contre 173 et 75 abstentions, le Riksdag, qui compte 349 sièges, a élu Andersson, chef des sociaux-démocrates, au poste de Premier ministre. Elle formera un gouvernement minoritaire à parti unique. Son cabinet devrait être nommé mardi. Officiellement, elle sera installée à la suite d’une audience avec le roi Carl XVI Gustav, la figure de proue du monarque suédois.

Andersson a été Premier ministre pendant sept heures avant de démissionner la semaine dernière après que les Verts ont quitté sa coalition bipartite. Leur décision fait suite au rejet de la proposition de budget de son gouvernement en faveur d’une proposition présentée par les partis d’opposition, dont les démocrates populistes de droite suédois, qui sont enracinés dans un mouvement néonazi.

En vertu de la Constitution suédoise, les premiers ministres peuvent être nommés et gouverner tant qu’une majorité parlementaire – un minimum de 175 législateurs – ne s’y oppose pas.

Dans un discours au parlement, la chef du Parti du centre, Annie Loof, a déclaré qu’une femme Premier ministre « compte beaucoup pour de nombreuses filles et femmes, voir ce toit de verre brisé. Je suis fier que (le Parti du centre) soit impliqué et rend cela possible. Son parti s’est abstenu de voter pour ou contre Andersson, ouvrant la voie à son élection.

La nomination d’Andersson au poste de Premier ministre a marqué une étape importante pour la Suède, considérée pendant des décennies comme l’un des pays les plus progressistes d’Europe en matière de relations hommes-femmes, mais qui n’avait pas encore de femme aux plus hautes fonctions politiques.

L’aile droite du Riksdag est divisée. Ulf Kristersson, chef du parti d’opposition modéré – le deuxième plus grand parti de Suède – a déclaré à plusieurs reprises qu’un gouvernement de centre-droit n’était pas envisageable car aucun parti traditionnel ne voulait coopérer avec le troisième plus grand parti, les démocrates suédois de droite.

Le prédécesseur d’Andersson en tant que Premier ministre, Stefan Lofven, dirige toujours le gouvernement suédois à titre de gardien jusqu’à ce qu’un nouveau soit formé.

Les prochaines élections générales en Suède sont prévues le 11 septembre.

(PA)

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.