Actualités françaises

L’abandon par la Chine du « zéro COVID » salué par les institutions économiques internationales

[ad_1]

Vendredi, les dirigeants de plusieurs institutions économiques internationales ont salué la décision de la Chine d’assouplir sa politique « zéro COVID », la chef du FMI, Kristalina Georgieva, la qualifiant de pas en avant « décisif ».

Cet assouplissement des restrictions sanitaires est une bonne nouvelle pour l’économie mondiale, actuellement en difficulté, a estimé le patron du Fonds monétaire international, après une conférence avec le Premier ministre Li Keqiang à Huangshan, dans l’est du pays.

Mercredi, les autorités sanitaires chinoises ont annoncé un assouplissement général des restrictions sanitaires, après des manifestations de colère, et aussi dans l’espoir de relancer la deuxième économie mondiale, asphyxiée par le « zéro COVID ».

Parmi les principales mesures dévoilées, la fin des tests PCR systématiques et à grande échelle, la possibilité d’auto-isolement pour les cas bénins et asymptomatiques, et un recours plus limité aux confinements.

« Nous saluons les actions décisives prises par les autorités chinoises (…) pour recalibrer la politique du COVID », a déclaré Mme Georgieva, lors d’une conférence de presse aux côtés des dirigeants d’autres institutions économiques internationales.

L’effort de la Chine pour augmenter les taux de vaccination est également bon « pour le peuple chinois, mais aussi important pour l’Asie et le reste du monde », a ajouté Georgiev.

« La performance de la Chine est importante (non seulement) pour la Chine mais aussi pour l’économie mondiale », a-t-elle insisté.

Long retour à la normale

L’économie mondiale a subi les répercussions de la guerre en Ukraine cette année, ajoutant à une reprise post-pandémique trébuchante et à une crise du coût de la vie dans de nombreux pays.

L’abandon progressif de la stratégie « zéro COVID » « contribuera à lever une série d’incertitudes », a également souligné Ngozi Okonjo-Iweala, directrice générale de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), lors du même point de presse.

Le secrétaire général de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), Mathias Cormann, a ajouté que ces « ajustements soutiendront la vigueur de la reprise (économique) tant en Chine que dans le monde ».

La décision dramatique de la Chine d’assouplir la majorité de ses restrictions sanitaires a été applaudie par les marchés boursiers, toujours inquiets d’une éventuelle récession aux États-Unis.

Mais de nombreux analystes ont averti qu’un retour à la normale dans le pays le plus peuplé du monde sera long et chaotique, car la Chine fait désormais face à une forte augmentation des cas de Covid.

tournée d’adieu

La colère populaire en Chine, qui couvait depuis des mois, a débordé fin novembre lorsque des milliers de manifestants sont descendus dans les rues d’une douzaine de villes, exigeant la fin du « zéro COVID » et certains appelant même le président Xi à démissionner. Jinping.

Ces rassemblements, qui ont pris les autorités au dépourvu, ont pris une ampleur sans précédent depuis les mobilisations pro-démocratie de Tiananmen en 1989.

La politique stricte du « zéro COVID », qui a perturbé les chaînes de production avec des confinements répétés, a également fortement affecté l’économie chinoise, qui devrait connaître cette année l’une de ses plus faibles croissances depuis quatre décennies.

L’objectif officiel d’une augmentation de 5,5% du PIB n’est plus considéré comme crédible par la plupart des économistes.

La conférence de Huangshan de vendredi a servi en quelque sorte de tournée d’adieu pour Li Keqiang, qui a été Premier ministre de Xi Jinping pendant ses deux premiers mandats de cinq ans, mais qui prend maintenant sa retraite.

L’homme de 67 ans ne fait pas partie du nouveau Bureau politique du Parti communiste dévoilé en octobre par Xi, qui a obtenu un troisième mandat à la tête du pays.



[ad_2]

journaldemontreal-local

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page