Skip to content
« “Lakmé” invente l’opéra du futur »


Raphaël Pichon et Sabine Devieilhe. Visuels Molina

MAINTENANCE – En couple dans la ville, le leader de l’ensemble Pygmalion et la soprano colorature se partagent l’affiche, à partir de mercredi, de l’œuvre de Léo Delibes, dans une nouvelle mise en scène de Laurent Pelly à l’Opéra Comique. Rencontrer.

A quelques heures du général de la nouvelle production de Lakmé de Léo Delibes à l’Opéra Comique, le chef d’orchestre de l’ensemble Pygmalion et son épouse nous ont ouvert leurs portes en exclusivité, pour partager leur vision de l’œuvre qui a révélé Sabine Devieilhe sur cette même scène, en 2014. Un spectacle attendu qui verra, outre la première collaboration de la chanteuse avec Laurent Pelly sur une nouvelle production, sa seule deuxième participation à un opéra mis en scène par son mari, après Idoménéecet été au Festival d’Aix-en-Provence.

LE FIGARO. – Si, pour toi, Sabine, Lakmé est déjà un vieil ami, Delibes est un monde apparemment très éloigné de celui que toi, Raphaël, défends avec Pygmalion. Qu’est-ce qui vous a convaincu de rejoindre l’aventure ?

Raphaël Pichon. – C’est elle. Depuis que je l’ai entendue chanter ce rôle en 2014 à l’Opéra Comique, je suis envoûté par cette partition que je trouve sans faille. C’est une musique puissante, dans un lieu qui ne me ressemble guère. Moi, fanatique…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 89% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 0,99 € le premier mois

Déjà inscrit? Connexion

lefigaro – divertissement

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.