Actualités françaises

L’antisémitisme et la xénophobie en hausse avertit Macron lors d’une visite dans un camp français

[ad_1]

Publié le:

Le président français Emmanuel Macron a déclaré qu’il était temps « d’ouvrir les yeux » sur la résurgence de l’antisémitisme et de la xénophobie lors d’une visite dans un camp de déportation dans le sud de la France, où les autorités ont rassemblé des Juifs avant et pendant la Seconde Guerre mondiale.

Quelque 10 000 personnes de 38 nationalités ont été internées au Camp des Milles dans la périphérie d’Aix-en-Provence, et plus de 2 000 ont été déportées à Auschwitz, selon les historiens du camp.

Les rafles ont commencé en 1939, près d’un an avant que les nazis n’occupent le nord et l’ouest de la France, et installent une administration fantoche sur le reste du pays basée à Vichy sous le maréchal Pétain.

S’exprimant lundi, Macron a souligné que le Camp des Milles « n’est pas un accident de l’histoire, mais le fruit d’un glissement délibéré » vers un génocide enraciné dans l’antisémitisme français historique et la « lente érosion de l’esprit républicain ».

« Ici, au Camp des Milles, la France était ce qu’elle ne devait plus redevenir », a-t-il déclaré, appelant plutôt son pays à être « la voix de l’humanisme ».


Mise en garde contre les « idéologies de division »

Le camp est aujourd’hui un lieu de mémoire qui comprend plus de 400 illustrations et peintures murales peintes sur les murs par des artistes et des intellectuels qui y ont été autrefois internés, dont l’artiste Max Ernst.

Les visiteurs peuvent voir où les internés ont dormi ou réussi à se cacher, et parcourir le chemin qu’ils ont emprunté jusqu’aux convois de déportation.

« Ouvrons les yeux sur la montée de la xénophobie et de l’antisémitisme, prêtons l’oreille à la résurgence du racisme. Ne nous laissons jamais berner par les nouveaux vêtements adoptés par les mêmes idéologies de division », a déclaré Macron.

L’extrême droite française en plein essor

Le ministère français de l’Intérieur a signalé une augmentation du nombre d’actes de vandalisme, d’insultes publiques et d’autres infractions fondées sur la race ou la religion au cours de l’année dernière.

Macron a affronté deux adversaires d’extrême droite lors de l’élection présidentielle de cette année et le parti d’extrême droite du Rassemblement national a remporté un nombre record de sièges à la chambre basse du Parlement, tandis que les centristes de Macron ont perdu leur majorité absolue.

La candidate présidentielle du Rassemblement national, Marine Le Pen, a cherché à éloigner le parti des opinions antisémites défendues par son père Jean-Marie Le Pen, déplaçant l’attention du parti sur l’immigration et les pratiques musulmanes qu’il considère comme une menace pour l’identité de la France.



[ad_2]

rfi

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page